Passer au contenu principal

En photographie, le Christ prend toujours la lumière

L’historienne de l’art Nathalie Dietschy a étudié la recrudescence de la figure de Jésus dans la photographie contemporaine. Interview.

Le «Piss Christ» (1987) de Serrano, un crucifix baignant dans l'urine, est devenu une œuvre iconique… et vandalisée.
Le «Piss Christ» (1987) de Serrano, un crucifix baignant dans l'urine, est devenu une œuvre iconique… et vandalisée.
EPA/ANDRES SERRANO
«The Seven Words». Première «apparition» du Christ avec le photographe Fred Holland Day, qui prend la place de Jésus, en 1898.
«The Seven Words». Première «apparition» du Christ avec le photographe Fred Holland Day, qui prend la place de Jésus, en 1898.
LIBRARY OF CONGRESS/LDD
Une version féministe et militante de la Cène par l'Afro-Américaine Renée Cox, qui prend aussi la place du Christ dans «Yo Mama's Last Supper», 1996.
Une version féministe et militante de la Cène par l'Afro-Américaine Renée Cox, qui prend aussi la place du Christ dans «Yo Mama's Last Supper», 1996.
DR
1 / 3

En novembre dernier au Théâtre de Vidy, la pièce de Romeo Castellucci Sur le concept du visage du fils de Dieu attirait quelques intégristes catholiques mécontents de la référence au Sauveur. L’épisode rappelait que la figure du Christ demeure sensible.

L’historienne de l’art lausannoise Nathalie Dietschy ne va pas le contredire, qui publie Le Christ au miroir de la photographie contemporaine, étude sur la récurrence de la représentation de Jésus dans la création photographique de ces 30 dernières années.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.