Passer au contenu principal

Quand la peinture et la musique dialoguent

Un concert-conférence fera découvrir les liens entre Bach, Beethoven, Brahms et l’artiste genevois Saint-Ours.

Le dernier concert-conférence, qui associait notamment peintures de Klee et musique de Bach, a fait salle comble.
Le dernier concert-conférence, qui associait notamment peintures de Klee et musique de Bach, a fait salle comble.
Z. ADAMCZEWSKA-BOLLE

Réunir musique et peinture, en expliquant les liens entre les deux. Telle est l’ambition des concerts-conférences créés par l’association Dialogues entre les Arts, dont le prochain se tient samedi. L’idée est née d’une rencontre: celle d’une pianiste professionnelle, Meglena Tzaneva, et d’une historienne de l’art, Eva Kouvandjieva. Toutes deux sont passionnées par leur domaine, tout en s’intéressant beaucoup à celui de l’autre. Dès lors, pourquoi ne pas les associer sur scène?

«Il s’agit de montrer qu’il existe les mêmes enjeux en peinture qu’en musique», précise Eva Kouvandjieva. Original, le concept a rapidement trouvé son public. Des personnes intéressées par la musique ou les beaux-arts, mais aussi des gens qui ne vont pas forcément au musée ou écouter des concerts. «L’auditoire a vraiment une écoute particulière, raconte Meglena Tzaneva. Et cela fait naître chez les spectateurs l’envie d’en savoir plus.»

Il faut dire que le champ d’exploration est vaste, surtout si l’on y associe encore d’autres formes d’expression artistique. Le premier concert-conférence de la saison 2016-2017 ajoutait l’architecture à la peinture et la musique. Et le dernier événement du cycle, en mai, comportera des poésies lues par un comédien.

En attendant, samedi, ce sera au tour de l’artiste genevois Saint-Ours, dont on peut voir Le tremblement de terre au Musée d’art et d’histoire de Genève, d’être mis à l’honneur en même temps que Bach, Beethoven et Brahms. «Ces artistes, passés du classicisme au romantisme au cours de leur carrière, permettent d’aborder ce changement stylistique, précise Eva Kouvandjieva. Et cela constitue l’occasion de valoriser un peintre méconnu.» La stature du musicien invité, Svetlin Roussev, nouveau premier violon solo de l’Orchestre de la Suisse romande, constitue une raison supplémentaire pour assister à l’événement!

«Tradition et romantisme»samedi 28 janvier à 18 h au Studio Gabriele de Agostini, rue François-d’Ivernois 7. Réservations: dialoguesentrelesarts@bluewin.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.