Paul McCartney décédé? Mort de rire

Les «fake news» d’avantRumeurs, bobards et ragots n’ont pas attendu les réseaux sociaux pour se répandre. Chaque week-end de l’été, une «fake news» millésimée.

La pochette de «Sgt. Pepper»:une cascade d’indices.

La pochette de «Sgt. Pepper»:une cascade d’indices. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Qu’est-ce que j’apprends? Je suis mort? Pourquoi suis-je toujours le dernier à être mis au courant de tout?», s’amusa Paul McCartney en apprenant la nouvelle de son propre décès. Car la rumeur est formelle: Macca est mort d’un accident de voiture en novembre 1966. Parfaitement. Depuis, un sosie - «Faul», pour «False Paul», Faux Paul – joue son rôle. Cette fable-là a l’écorce dure. Apparue il y a un bon demi-siècle, elle court encore.

Il y a certes un moignon de vérité dans ces sornettes. Paul a bien eu un accident en 1966, un accident de… mobylette. Il y a perdu non la vie, mais une dent. Ce qui est moins embêtant. La rumeur, tel le venin, se met donc à circuler à la fin des Sixties. Le fan-club des Beatles a alors beau affirmer que l’idole pète la forme, rien n’y fait.

Où est-elle née exactement? Probablement sur les ondes d’une radio de Detroit. Sollicité par un auditeur, le DJ Russ Gibbs diffuse le morceau «Revolution n° 9» à l’envers et croit y entendre un message funèbre. Décryptant la pochette de l’album «Abbey Road», l’animateur relève une cascade de signes trahissant le trépas du bassiste des Beatles. Paul a les pieds nus, c’est comme ça que sont enterrés les morts en Inde; John est en blanc et Ringo en noir, couleurs du deuil; George, lui, a enfilé des jeans, comme le font les fossoyeurs. L’estocade? Derrière eux, une voiture est immatriculée LMW 28 IF, soit «Living McCartney Would be 28 IF»; traduisez: «Paul McCartney vivant aurait 28 ans si…» Ben voyons.

À partir de là, chaque chanson, chaque image des Beatles est passée au crible conspirationniste. Et grouillent les «preuves» du décès de Polo, forcément. Tiens, sur la pochette de «Yesterday & Today», compil américaine, McCartney est assis dans une malle ouverte. Son cercueil, bien sûr. À la fin de «Strawberry Fields Forever», d’aucuns entendent Lennon murmurer « I buried Paul» («j’ai enterré Paul»). En fait, John marmonne «cranberry sauce». Pas grave: tout est bon dans le bidon.

Et puis, il y a la foisonnante pochette de «Sgt. Pepper», qui regorge d’indices macabres, certains n’étant décelables qu’à la condition d’examiner le disque à l’envers dans un miroir. Images, couleurs, chiffres, sons; chaque détail, si l’on sait l’interpréter, hurle la mort de Paul. Notons que l’éblouissante saga des Beatles constitue clairement un compost fertile à tous les ragots et délires. En farfouillant sur la Toile, on apprend ainsi que le quatuor a assassiné son premier batteur, l’infortuné Pete Best; que les Illuminati ont orchestré le succès du groupe pour manipuler la jeunesse mondiale; ou mieux, que tous les membres du groupe sont morts et ont été remplacés par des clones… sauf Paul McCartney!

Créé: 20.07.2019, 14h00

Articles en relation

Il y a cinquante ans, la rumeur d’Orléans

Les fake news d’avant Rumeurs, bobards et ragots n’ont pas attendu les réseaux sociaux pour se répandre. Chaque week-end de l’été, une fake news millésimée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...