Le parc de La Duche, une belle pente à la végétation évolutive

Esprit des parcsPlanté sur la dalle en béton d’un parking souterrain, cet espace de verdure situé sous le château de Nyon zigzague entre vignes, arbres fruitiers et herbes folles

Afin de verdir la pente recouverte de très peu de terre, les architectes ont créé un grand chemin descendant vers le lac en zigzag entre les carrés de plantation qui rappellent les anciens jardins potagers.

Afin de verdir la pente recouverte de très peu de terre, les architectes ont créé un grand chemin descendant vers le lac en zigzag entre les carrés de plantation qui rappellent les anciens jardins potagers. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Duche, c’est un coteau abrupt – une pente de 20 à 25% – qui descend du château de Nyon vers le lac Léman. Sur ce contrefort des murailles de la vieille ville, on cultivait depuis le début du XXe siècle, des potagers, devenus jardins familiaux gérés par la Ville. En 2006, la construction d’un parking souterrain dans ce talus a bouleversé l’ordre établi. Car l’idée de remettre poireaux, courgettes et carottes sur la dalle de béton coulée pour abriter les voitures, a été finalement écartée. «Il y avait trop de danger que les jardiniers amateurs fassent n’importe quoi, plantent ou laissent des éléments risquant de percer le toit du parking», se souvient Hugues Rubattel, chef du Service des espaces verts. La Ville a donc lancé concours auprès de cinq paysagistes, afin de créer un parc public.

«C’était un vrai défi. Car après avoir abandonné l’idée de créer un parking en terrasses, les services cantonaux voulant conserver la pente historique, il fallait imaginer un espace de verdure qui tienne sur du béton en pente, recouvert d’une couche de 40 centimètres de terre arable», poursuit le jardinier en chef. Les deux lauréates du concours, Paola Alfani et Ruth Vorlet, avaient trouvé la solution. Créer un grand chemin descendant en zigzag vers la rue de Rive, à travers des carrés de plantations rappelant la structure des anciens jardins potagers.

Un concept qui a nécessité en début de chantier un sacré bétonnage, avec 1600 trous pour ancrer le cheminement piéton. Les critiques pleuvaient, car le public peinait à imaginer des plantes pousser sur ce sol aride. Mais ce système évitait tout glissement de terrain et permettait de planter la zone de végétaux de formes, essences et couleurs différentes, allant des graminées aux haies de buis, des arbres fruitiers de variétés anciennes au lierre, des roses à la prairie fleurie.

Et enfin de la vigne. Une idée sortie d’un carnotzet à l’heure de la fusion des districts. Ceux de Nyon, Rolle et d’un bout d’Aubonne étant condamnés au mariage, une partie du parc a été dévolue à la création d’une vigne du nouveau district, composée des cépages les plus courants de la région. Des raisins, essentiellement du pinot noir et du chasselas, qui sont vendangés chaque automne à l’occasion d’une grande fête, avec pressée sur la place du Château. La récolte est ensuite vendue en souscription, le bénéfice allant à une bonne œuvre de la région. Quant aux pommes, poires ou coings produits dans le parc, ils sont mis à disposition de la population dans des cageots. «L’année dernière, on n’a rien eu. Tous les fruits avaient été piqués dans la nuit!» rigole Hugues Rubattel.

Les pergolas abritant de longs bancs publics, disséminés également à chaque angle de la promenade, sont devenues des endroits festifs pour les jeunes les vendredis et samedis soir. Si on ne peut guère se prélasser dans ce parc dépourvu de plat et de gazon, les touristes déambulent volontiers à travers ces plantations insolites, découvrant ici des artichauts, là des marguerites ou encore la vue sur le lac, le Mont-Blanc et les toits du pittoresque quartier de Rive. Ceux qui n’ont pas ni les moyens ni le courage de grimper cette pente où le soleil cogne fort, se contentent d’observer le parc depuis l’ascenseur panoramique qui surgit des profondeurs du parking.

Créé: 31.07.2016, 11h03

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.