Olivia Csiky Trnka réalise son rêve de «départ parfait»

ScènesConquête de l'espace, de la scène et du public, ces jours, au Théâtre de l'Usine!

Olivia Csiky Trnka dans la peau de la première cosmonaute, Valentina Terechkova.

Olivia Csiky Trnka dans la peau de la première cosmonaute, Valentina Terechkova. Image: FRANK LORIOU

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ses yeux sont grands comme des planètes. Sa voix semble émise depuis le cosmos. Ses gestes incluent ceux de l’extraterrestre frappé de strabisme. Et son esprit n’a de pareil que l’allumage bourdonnant d’une fusée. Avec tout cela, la performeuse Olivia Csiky Trnka ne chérit qu’une idole: la première cosmonaute femme, nom de code Tchaïka («la mouette») lors de sa mission en 1963, la Soviétique Valentina Terechkova («un mélange entre Beyoncé et le pape, là d’où je viens»). Au nom de sa compagnie Full PETAL Machine, elle ne caresse ainsi qu’une seule ambition: enfiler à son tour la combinaison spatiale.

Née à Bratislava, tôt immigrée à Lausanne, Olivia Csiky Trnka a l’exil vissé au corps. Partir, elle ne connaît que cela, aussi bien dans le délire dramaturgique que pour l’étranger, cet inconnu. Aussi, durant le scintillant stand-up qu’elle interprète ce week-end au Théâtre de l’Usine, «Protocole V.A.L.E.N.T.I.N.A.», elle «annonce officiellement que je suis candidate pour Mars 2021». Cet honneur, elle l’a décroché en incarnant – si, si – le lanceur Ariane 5 («doté d’un moteur Vulcain à 516 soupapes») devant un jury du Centre national d’études de l’espace (CNES).

Sur le mode en vogue de la conférence interactive, la comédienne raconte par le menu le protocole qu’elle a dû suivre pour participer aux simulations de vie sur l’utopie martienne. Tout en glosant avec enthousiasme, notre alien construit son installation plastique, visuelle et sonore – balles de ping-pong en guise d’étoiles, échelle suggérant une navette, bâches diverses, soufflerie, projections vidéo et autres grésillements sous éclairage ultraviolet.

Une fois l’envol bien assuré, la néobaronne de Münchhausen amorce pour son assistance un atterrissage pour le second module de l’expérience: «Mars Attending», ou la conquête de l’œuvre multimédia reproduisant le versant mélancolique de la colonie. Eh oui, puisque «le volcan est la condition première du vivant»…

«Protocole V.A.L.E.N.T.I.N.A/Mars Attending» Théâtre de l’Usine, jusqu’au 21 oct., 022 328 08 18, www.theatredelusine.ch

Créé: 19.10.2018, 16h38

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...