«Office Girls», le monde du travail en version mime

SpectacleUne création sans paroles, mais très sonore, décrit avec humour des scènes du quotidien.

Dans «Office Girls», les quatre actrices n’ont besoin ni de décor ni d’accessoires pour donner naissance à leur univers.

Dans «Office Girls», les quatre actrices n’ont besoin ni de décor ni d’accessoires pour donner naissance à leur univers. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lorsqu’on évoque le mime, on pense surtout à des bonshommes habillés en noir et blanc, qui gesticulent bizarrement. Mais cette expression théâtrale peut aussi se décliner en version contemporaine. La preuve avec Office Girls, la nouvelle création de la Compagnie Confiture.

«Le plus dur, c’est de faire comprendre qu’il s’agit d’un spectacle humoristique», glisse Philippe Cohen, qui l’a mis en scène et scénarisé. Car l’absence de parole n’implique pas l’absence d’histoire. Le monde du bureau sert de fil rouge pour décrire la vie quotidienne de quatre jeunes femmes, entre travail et loisirs.

Chacun se reconnaîtra dans les situations décrites, même si elles sont forcément exagérées pour accentuer l’effet comique. Les trajets en transports publics, les discussions autour de la machine à café, l’ordinateur qui plante, la révolte contre le chef, le fitness, les soirées bien arrosées…

Gestes et bruitages
Et cela en fait, des sons. Les onomatopées se multiplient, évoquant la bande dessinée ou le dessin animé. Sans décor ni accessoires, les actrices doivent faire naître le cadre dans lequel elles évoluent, avec des gestes et des bruitages. «J’aime bien recourir au monde de la bureautique et de la technologie, car il est riche en ressources sonores», explique Philippe Cohen, qui enseigne le mime au Conservatoire.

A d’autres moments, c’est la musique qui porte la scène. Composée par Manuel Cohen, elle comporte des rythmes variés, correspondant chacun à un geste différent. La musique crée également une atmosphère particulière, rendant compte de l’univers dans lequel se situe l’action. Telle l’entêtante mélodie du clic, ponctuée de «Pomme + C», «enter», «escape» et autres «delete»!

Pour donner du rythme à cette succession de tableaux, les parties dynamiques alternent avec des séquences plus intimes ou oniriques, comme celle où les actrices se transforment en taches de peinture, utilisées par une artiste pour créer un tableau.

Jouer un spectacle sans paroles n’est pas aussi simple qu’on pourrait le croire. Le mime demande beaucoup de créativité et de précision, pour être compréhensible. Et les comédiennes doivent parfaitement coordonner leurs gestes. «Il s’agit d’un investissement physique très exigeant», souligne Cathy Sottas. «C’est tout dans le corps, et rien dans la tête!» rigole Guiti Tabrizian.

Créer un imaginaire
Les actrices bénéficient d’un bon entraînement, puisque le spectacle est né d’un atelier de mime. Au fil des exercices et improvisations, les situations se sont dessinées. «Avec le mime, on peut créer tout un imaginaire», s’enthousiasme Claudia Lachat. Cela a d’abord donné Filles du geste, joué en 2006 au Théâtre Cité-Bleue. Puis Office Girls dix ans plus tard, enrichi de nouvelles séquences.

Mais ce type de production provoque toujours autant de perplexité. «On me demande ce que je fais sur scène, vu qu’il n’y a pas de texte», raconte Sabine Peeters. Seule solution pour répondre à cette question: aller voir une création pas tout à fait comme les autres… Sans compter que l’absence de parole la rend accessible à toutes les nationalités!

«Office Girls», jusqu’au samedi 19 mars au CACG Voltaire, 27 rue Voltaire, mercredi et vendredi à 20 h, jeudi et samedi à 19 h. Réservations: info@theatre-confiture.ch, 022 793 54 45. Informations: www.theatre-confiture.ch

Créé: 02.03.2016, 17h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...