Nouvelle mission pour Pitoëff

InstitutionsLe théâtre n’accueillera plus de compagnies, mais des créations en résidence.

Le plateau du Théâtre Pitoëff, au premier étage de la Maison communale de Plainpalais, sera ponctuellement mis à disposition des créateurs genevois.

Le plateau du Théâtre Pitoëff, au premier étage de la Maison communale de Plainpalais, sera ponctuellement mis à disposition des créateurs genevois. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ces trois dernières années, il logeait la compagnie Utopia d’Eric Devanthéry. Naguère, il avait hébergé feu le Théâtre en cavale de Miguel Fernandez V. Dès aujourd’hui, selon un communiqué de la Ville de Genève, le Pitoëff accueillera «des résidences de création». Accessoirement, le théâtre passe aux mains du Service culturel, partageant ainsi le statut de son voisin le Casino-Théâtre. Les nouvelles dispositions d’attribution voulues par Sami Kanaan, magistrat en charge du Département de la culture et du sport, visent à «favoriser la diversité locale dans le domaine du théâtre et des arts du récit».

Les compagnies indépendantes actives à Genève ont jusqu’au 28 février pour déposer leur candidature. Deux d’entre elles – leur nombre passera à 4 dès 2020 – se verront successivement confier le plateau situé au 1er étage de la Maison communale de Plainpalais pour des périodes de six semaines maximum, en vue d’y créer un projet spécifique, susceptible d’être subventionné. Les dates de ces mises à disposition seront fixées par le Service culturel en fonction des besoins des festivals soutenus par la Ville. Les premières tomberont en automne 2019. (TDG)

Créé: 08.01.2019, 18h10

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: May giflée
Plus...