Nouvelle Comédie: des retards sont possibles

Politique culturelleLe retard du chantier du CEVA pourrait avoir des conséquences sur la future institution théâtrale.

Image: FRES

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le retard dans les travaux du CEVA aura-t-il des conséquences sur la Nouvelle Comédie? Le théâtre et la gare des Eaux-Vives, qui seront voisins, devaient être inaugurés en même temps, en 2018. Mais l’annonce faite mercredi indiquant un retard de près de deux ans sur certains tronçons pourrait changer la donne.

«Il y aura probablement des conséquences, précise Isabelle Charollais, directrice du Département des constructions dirigé par Rémy Pagani, qui assure avoir appris la nouvelle en même temps que la presse. On a toujours calé notre planning afin de terminer la Nouvelle Comédie pour la mise en œuvre du CEVA. S’il subsiste des installations de chantier sur les lieux, on voit mal comment on pourrait y ouvrir un théâtre. Ce d’autant plus que le site de la gare des Eaux-Vives représente le camp de base du CEVA.»

Le retard étant annoncé principalement sur le tunnel de Champel, quelle conséquence le report aura-t-il sur la gare des Eaux-Vives? «Toute la partie côté Chêne, qui accueillera justement la Nouvelle Comédie, sera livrée dans les temps, notamment pour permettre sa construction, précise Caroline Monod, responsable de la communication pour le CEVA. A ma connaissance, cela ne devrait pas poser de problèmes. Mais c’est une discussion que nous aurons avec les différents partenaires.»

Pour rappel, en octobre dernier, la Ville avait annoncé un retard de plusieurs années dans la construction de l’institution, avant de se rétracter et de revenir à la date prévue pour bénéficier des synergies avec le chantier du CEVA. Selon Michel Kullmann, président de l’Association pour la Nouvelle Comédie, «ce retard pourrait bien arranger tout le monde. A l’automne dernier, nous avons mis une pression énorme pour ne pas faire attendre le projet. Les politiciens sont revenus en arrière. Mais à un moment donné, tous les prétextes sont bons pour reculer… Il y a des atermoiements du côté politique. Le crédit de réalisation n’est pas encore déposé au Municipal. Il faudra aussi que le Grand Conseil se prononce sur la participation, pour moitié, de l’Etat. Tout cela donne l’impression que personne n’a envie de sauter en premier.»

Michel Kullmann apporte également des précisions sur les chiffres. Le montant de 90 millions de francs a longtemps circulé, mais le coût de construction avoisinera plutôt les 100 millions. Quant au budget annuel de la future institution, il s’élèvera, selon lui, à 13 millions de francs (contre 7 à 8 millions pour la Comédie). Une partie restera couverte par les recettes et les aides privées. «C’est effectivement un chiffre qui circule, a confirmé Sami Kanaan, magistrat en charge de la Culture. Nous devons encore discuter de la répartition entre la Ville et l’Etat.» Le Canton contribue aujourd’hui à hauteur de 30% aux subventions de la Comédie. A l’avenir, cette part pourrait s’élever à 50%. (TDG)

Créé: 27.03.2014, 16h08

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Croisières: les superpaquebots débarquent
Plus...