La Nouvelle Comédie est dans l’impasse

GenèveLa commission des travaux du Grand Conseil a voté contre le projet de Nouvelle Comédie mardi soir.

Le projet de la Nouvelle Comédie.

Le projet de la Nouvelle Comédie. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Mardi soir, la Commission des travaux du Grand Conseil a voté en défaveur du projet de la Nouvelle Comédie, que l’Etat doit cofinancer avec la Ville à hauteur de 45 millions de francs. C’est donc avec un refus d’entrée en matière sur ce crédit, ce qui constitue un signal fort, que les députés se prononceront en plénière dans les prochains mois. Si la gauche et le PDC se sont montrés comme prévu acquis au projet alors que l’UDC et le MCG y sont opposés, le PLR a fait pencher la balance en sa défaveur (9 voix contre 6). Le PLR, appuyé par l’UDC, a d’abord demandé un ajournement du vote, afin que le Canton et la Ville puissent entre-temps avancer dans l’actuel dossier de la répartition des tâches en matière de culture. Un ajournement qui a été refusé par la gauche, pressée de voir avancer ce dossier avalisé à une confortable majorité en mai dernier par le Conseil municipal. Les conseillers municipaux avaient approuvé un crédit de 98 millions pour voir émerger sur la future esplanade des Eaux-Vives l’institution qui remplacera la Comédie actuelle, en conditionnant la libération du crédit au vote positif du Grand Conseil.

En plénière, la balle sera donc dans le camp du PLR, auquel certains reprochent de vouloir faire échouer le projet. Le PLR Frédéric Hohl s’en défend: «Nous ne sommes pas contre ce projet puisque nous avons tout fait pour proposer un ajournement du vote. La répartition des tâches entre Ville et Canton est un projet majeur, qui a été voté très récemment. On se doit de donner quelques semaines aux magistrats concernés avant de prendre une décision d’une telle ampleur. Et si la gauche n’est pas d’accord d’ajourner le vote, nous ne sommes pas en mesure de pouvoir nous prononcer. Ils pensaient peut-être que nous bluffions. Mais nous conseillons vivement aux magistrats de travailler sur la répartition des institutions culturelles avant le vote en plénière.»

«C’est catastrophique pour le projet. Nous nous trouvons actuellement dans une procédure de sauvetage, a réagi pour sa part Rémy Pagani, conseiller administratif en charge des Constructions et également député d’Ensemble à Gauche. Concrètement, cela fait cinq ans que nous faisons en sorte que tous les travaux autour du CEVA, dans la zone des Eaux-Vives, puissent commencer en juin 2016. Il risque d’y avoir un trou à la place de la Nouvelle Comédie. Je ne sais pas comment on pourra se retourner. Personne n’a remis en cause la nécessité du théâtre, mais on fait peser sur lui la répartition des compétences entre le Canton et la Commune sur le terrain culturel.»

A noter qu’en séance plénière, les députés auront la possibilité d’ajourner le vote ou de le renvoyer en commission. (TDG)

Créé: 30.09.2015, 08h45

Articles en relation

La Nouvelle Comédie serait déjà à l'étroit

Polémique Selon le député Frédéric Hohl, une salle de 500 places est impossible à rentabiliser. Le Grand Conseil a ouvert le dossier de la future institution. Plus...

Le crédit pour la construction de la Nouvelle Comédie est voté

Ville de Genève Une large majorité du Conseil municipal de la Ville a accepté de financer le projet culturel. Avec des cautèles. Plus...

Nouvelle Comédie: et si l’Etat se défilait?

Politique culturelle MCG et UDC s’opposent à la construction de la Nouvelle Comédie. Selon ces partis, la Ville n’en a pas les moyens. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Harcèlement: la parole des femmes se libère
Plus...