Nouveau départ pour Xavier Dolan, sur fond de baiser qui change tout

Festival de CannesLe toujours jeune mais un peu moins prodige québécois en quête d’une improbable Palme d’or avec «Matthias et Maxime».

Xavier Dolan lors de la conférence de presse.

Xavier Dolan lors de la conférence de presse. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Xavier Dolan est comme Ken Loach et les frères Dardenne. Il tourne et hop il débarque sur la Croisette. Du coup à 30 ans, l’habitué du festival depuis dix ans s’aligne pour la troisième fois en compétition. Il y a déjà gagné le prix du jury pour « Mommy » en 2014 et le Grand Prix pour « Juste la fin du monde » en 2016. C’est dire s’il estimerait juste de décrocher enfin une Palme d’or .

Ce qui paraît peu probable avec «Matthias et Maxime», son dernier long métrage assez mineur qui divise la critique. Suite à un baiser anodin échangé pour les besoins d’un court métrage, deux amis d’enfance sont confrontés à leurs préférences sexuelles. Cela provoque chez eux un trouble qui change leur existence et l’équilibre de leur cercle social.

On retrouve dans ce drame romantique, où il a engagé des potes avec qui il se sent bien, les figures ou les sujets chers à Xavier Dolan tels la mère ou l’homosexualité. Pour autant il ne s’agit pas, selon lui, d’un métrage sur ce thème. «Il ne traite pas de l’amour gay, mais de l’amour tout court» explique-t-il à la conférence de presse. Et avant tout il s’agit d’amitié. L’amitié est-elle de l’amour?, voilà la question essentielle.»

L’auteur admet certes que le fameux le baiser vient bouleverser l’ordre des choses chez les protagonistes. «Oui, ils luttent car cela remet en cause leurs certitudes d’être ce qu’on leur a toujours assuré qu’ils étaient. Matthias est effrayé. Il se demande s’il est possible d’aimer sans se poser de questions. Ce que ne fait plus la génération d’après nous, les trentenaires. Les plus jeunes abordent d’une manière nouvelle la sexualité, le genre.»

Une œuvre de transition

Pour Xavier Dolan, «Matthias et Maxime» où il se remet en scène avec une tache rouge de naissance très graphique sur une joue, est une œuvre de transition, un nouveau départ. «J’arrive à la fin d’une décennie avec toutes sortes de sentiments contradictoires. Cela m’a transformé. Ce film était l’occasion d’essayer autre chose, de montrer une part différente de moi-même, de naviguer dans certaines zones plus en demi-teinte, de boucler un chapitre personnel et cinématographique.»

Au-delà de l’intrigue, l’important pour le cinéaste, c’est aussi son approche du langage. «Je laisse une grande place à la manière de s’exprimer des différentes générations. Chacune apporte une nouveauté. Au Québec, notre langue ne cesse d’évoluer. Les ados parlent une sorte de franglais. Pour eux c’est automatique et là également, cela creuse un fossé entre eux et les plus âgés».

Créé: 23.05.2019, 16h14

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Cycle genevois toujours aussi inégalitaire
Plus...