Noël déploie ses grandes histoires de chœurs

MusiqueDans les veillées religieuses tout comme chez soi, l’approche de la Nativité réveille des traditions vocales vivaces. Le chant resserre les liens et offre une occasion de se retrouver.

A l’approche de la Nativité, le temple de Saint-Gervais accueille «Chantez Noël», un rendez-vous devenu traditionnel, qui permet au public de s’approprier de chants bariolés et??d’assister à un spectacle total.

A l’approche de la Nativité, le temple de Saint-Gervais accueille «Chantez Noël», un rendez-vous devenu traditionnel, qui permet au public de s’approprier de chants bariolés et??d’assister à un spectacle total. Image: FRANK MENTHA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est une veillée de Noël courue, inscrite dans la tradition de la ville et dans l’esprit d’un public fidèle et passionné. Chaque année, entre les murs centenaires du temple de Saint-Gervais, dans un espace dont les premières traces de bâti religieux remontent au IV siècle, la fête de la Nativité occupe les très nombreux spectateurs. Pendant la nuit du 24 décembre on y suit la liturgie de circonstance, bien sûr. Mais aussi, on y savoure un art vocal et un savoir-faire choral de très haute tenue. Que dit cette association entre recueillement spirituel et expression musicale qui libère le souffle et les cordes vocales? Que Genève n’échappe pas – et cela depuis longtemps déjà – à une tradition qui triomphe partout. Et ce alors que pendant plusieurs siècles la ville a gardé loin de ses temples tout ce qui se rattachait à la musique. Le recueillement des fidèles, pensait-on, était trop important pour que les chants ne viennent détourner les esprits.

Les grands moyens

Aujourd’hui, on entend une tout autre chanson. Et cela grâce aussi à ces passionnés qui s’emploient à conférer une dimension artistique certaine à un des moments les plus significatifs du calendrier liturgique chrétien. A l’Espace Saint-Gervais, Diego Innocenzi est de ceux-là, lui qui depuis 2006 s’active en tant que coordinateur des activités musicales des lieux, en leur donnant des traits précis, derrière un bureau ou face à l’orgue, son instrument d’élection. Argentin de Buenos Aires, le musicien est un fin connaisseur du fait vocal et musical: à 17 ans déjà il jouait en titulaire d’un orgue à San Isidro, commune du grand Buenos Aires. Et il bâtissait aussi son savoir en écoutant des œuvres sacrées dirigées par le chef Michel Corboz ou jouées par l’organiste et claveciniste Lionel Rogg. Deux figures qui le prendront d’ailleurs sous leur aile lors de son arrivée à Genève.

Depuis, Diego Innocenzi – qui enseigne au Conservatoire et qui est notamment organiste titulaire au Victoria Hall – dit avoir trouvé à Saint-Gervais un sanctuaire idéal pour partager sa passion: «Ici, il y a les moyens pour faire un excellent travail, s’exclame-t-il: un grand orgue construit en 2005, mais aussi un petit pour accompagner les ensembles choraux, dans un espace aux proportions idéales qui est pourvu d’une acoustique éblouissante.»

Voilà de quoi fêter Noël avec élan, chaque année, en parcourant un répertoire large, qui attire à la fois un public fait de simples amateurs et curieux ou de grands connaisseurs. Alors, après les incursions du passé dans les œuvres baroques ou dans les traditions allemande et française, l’organiste propose aujourd’hui un grand détour du côté de l’Angleterre du XXe siècle, avec une pièce majeure: A Ceremony of Carols de Benjamin Britten. «Avec ses onze mouvements, chantés par des musiciens d’ici avec l’accompagnement d’une harpiste, nous comptons accompagner par touches successives toute la liturgie de la veillée», note le musicien. Grande nouveauté enfin: pour la première fois, la cérémonie aura une dimension œcuménique, en la présence de la pasteure Katharina Vollmer Mateus et de l’Abbé Giovanni Fognini.

Un spectacle total

Le chant à Noël, voilà une histoire qui appartient à tous. Pour en mesurer la puissance, il faut se tourner vers un autre rendez-vous, qui se déploie une fois encore entre les murs du temple de Saint-Gervais: «Chantez Noël». Porté pendant plusieurs décennies par le chef d’orchestre et organiste Jean-Marie Curti sous l’étiquette d’«Ensemble chantons Noël», ce grand moment de réunion vocale, éminemment populaire, rencontre depuis quelques années un succès débordant. Ici, à quelques jours de la veillée de Noël, le public est appelé à reprendre ensemble des chants de circonstance, tantôt sacrés, tantôt profanes, parfois très connus et parfois parfaitement exotiques.

Professeur au HEM et carillonneur de la cathédrale Saint-Pierre à Genève, Vincent Thévenaz est depuis quatre ans l’âme artistique et la figure centrale de ce projet. L’idée qui régit son aventure? «L’envie de partager avec le public des mélodies et de les inscrire dans un spectacle total, avec des textes, de l’humour ou encore des mouvements scéniques des musiciens. Avec l’Orchestre Buissonnier que j’ai fondé en 2005, j’aime par exemple retoucher les partitions, les enrichir de petites citations; un passage d’une symphonie de Beethoven par ici, un extrait de la Symphonie du Nouveau Monde de Dvorák par là. Ce qui donne au spectacle une dynamique particulière.» La formule – où l’on croise aussi bien «Il est né le divin enfant» qu’un chant traditionnel yiddish – fait un tabac. Si bien que Vincent Thévenaz l’a déclinée ailleurs, avec son orchestre et la Chorale de la paroisse protestante de Chêne. «L’histoire de Noël ne changera jamais, constate l’organiste, de mon côté j’essaie d’apporter une fraîcheur avec un répertoire musical surprenant. Je veux éviter le côté mignon qui se rattache trop souvent à Noël.»

Opération réussie? Oui, vu la ferveur qui accompagne le rendez-vous choral. «Un jour, en sortant de «Chantez Noël», quelqu’un m’a dit qu’il s’était senti véritablement happé par l’ambiance des fêtes, par leur magie. C’est le meilleur compliment que je pouvais imaginer.»

Créé: 23.12.2014, 19h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...