Une nature morte pour la fin du web

DécryptageAu Commun, le festival Mapping expose «Memento Vastum», peinture à l'huile de Julien Boily, allégorie des vanités numériques.

«Memento Vastum», huile du peintre québécois Julien Boily, actuellement exposée au Commun dans le cadre du festival Mapping.

«Memento Vastum», huile du peintre québécois Julien Boily, actuellement exposée au Commun dans le cadre du festival Mapping. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Visible jusqu’au 2 juin au Commun dans le cadre du festival Mapping, l’exposition «the dead web – la fin» présente parmi diverses installations contemporaines une œuvre d’apparence plus traditionnelle.

Une peinture à l’huile dans le monde des arts numériques? Signé Julien Boily, artiste québécois, la toile est intitulée «Memento Vastum», en référence au memento mori. Ainsi que le rappelle la célèbre locution latine, s’il ne faut pas oublier qu’on meurt tous un jour, la nouvelle mise en garde de Julien Boily ajoute: gardons en tête le vastum, le déchet. Le déchet. Ce peut-être le web, ou ce qu’il contient. Ce qu’il laisserait après sa disparition?

Plastiques et obsolescence programmée

La fin imaginée de la Toile, telle est le thème de l’exposition, que Julien Boily traite en faisant référence à la nature morte: Une démarche que Julien Boily mèene depuis 2009. «À l’époque, je me suis remémoré les fonctions de ce genre pictural, son aspect moral notamment: on nous y exposait les activités futiles de l’expérience humaine tel que la bonne chère, les divertissements, la guerre, en rappelant toujours l’idée de la mort, comme un avertissement, un rappel du temps qui nous est compté.»

La nature morte permettait également de démontrer la dextérité du peintre à rendre divers matériaux et textures, le verre, le tissu, les fruits, les métaux. «Je me suis alors demandé quels seraient les matériaux représentant mon époque.» Les plastiques et autres dérivés du pétrole se sont imposés à Julien Boily, qui a cherché, en particulier, des objets constitués de plusieurs types de plastiques. «Les appareils électroniques correspondaient à ce critère en plus d’être eux aussi très représentatifs de notre ère. Ce qui m’a amené à aborder la notion d’obsolescence programmée en représentant des appareils conçus pour être éphémères, mais avec une technique, la peinture à l’huile, qui fixe les images dans le temps.»

«The dead web – la fin» jusqu’au di 2 juin, 11 h-18 h, Le Commun, rue des Bains 28. Infos: mappingfestival.com

Créé: 30.05.2019, 21h10

Fumée

Table, crâne, écran. Et bougie. Peu d’éléments dans le champ. Mais l’essentiel se tient là, suffisant pour cogiter sur le sens général de cette allégorie. Ainsi de cette fumée se déployant à la verticale au-dessus de la mèche brûlée. Que faut-il comprendre, sinon que la flamme s’est fraîchement éteinte? Manière d’indiquer, par déduction, que l’événement – l’extinction, y compris du web, voudrait-on en déduire – vient d’avoir lieu.

Ombres portées

Derrière la bougie, derrière le crâne, des ombres portées s’étirent. S’il y a un élément capital dans ce tableau, comme pour nombre d’œuvres picturales, c’est bien la lumière. «J’ai tenté d’insérer des références à l’univers de la peinture, disons, préimpressionniste», commente Julien Boily. Le jeu de lumière s’établit ici entre deux sources: l’une, naturelle, provient de la bougie qui vient de s’éteindre, l’autre, artificielle, est diffusée par l’écran. Ce dernier a beau être «vide» dans sa quasi-totalité, il éclaire encore l’entier de la scène.

Film plastique

Les objets de cette nature morte sont posés sur un panneau recouvert d’un film plastique sombre. Pareil dispositif peut évoquer la table de travail d’un artiste du numérique tel qu’il se présente dans un festival friand de performances… Pour son auteur, si le plastique ajoute à la stérilité de l’image, cette surface permet de multiples reflets. Julien Boily qui ajoute encore s’être beaucoup inspiré des peintres flamands.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...