Vianney, nouvelle idole de la variété

ConcertsBombardé vedette de la scène française, le chanteur de 25 ans joue jeudi en tête d’affiche de Voix de Fête. Interview.

Vianney, jeune chanteur variété, chante l’amour non sans humour. A suivre jeudi à Voix de Fête.?

Vianney, jeune chanteur variété, chante l’amour non sans humour. A suivre jeudi à Voix de Fête.? Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Cette année, Voix de Fête a de la chance. Vianney, jeune idole de la scène hexagonale auréolée d’une toute fraîche Victoire de la musique, s’en vient jouer jeudi à la salle communale de Plainpalais. Encore inconnu il y a un an, le garçon de 25 ans débarque en solo pour chanter l’amour, la vie et plus si affinités.

Un album est paru, Idées blanches. Une vedette est née, qui divise déjà. Est-ce là le futur de la chanson à textes? De la variété populaire, facile, comestible pour petits et grands? Refrain soyeux, paroles roses amères, un coup de violon, une série d’accords tendres: Pas là est un tube. Qu’on aime, ou qu’on déteste. Amours ratées, amours perdues, trois notes, un hit! «Je suis une cruche/Percée de plus» figure l’entame d’un premier couplet qu’on retient malgré soi, pour culminer avec ce refrain d’une popitude solaire: «Mais t’es pas là/mais t’es où?» Ad libitum.

Inspiré par Joe Dassin

Le petit truc qui sauve la face, évitant la noyade dans une guimauve impersonnelle? L’étonnant grain de voix, un brin cassé. Et l’humour, discret mais solide: «Je laisse aller les doigts sur mon clavier/Je viens gifler mes cordes plutôt que ton fessier». Comme «Je ne suis pas en sucre/Je ne suis pas en sel/Mais je sens bon l’amour jusque sous les aisselles». Au palmarès des réussites du jeune homme, Je te déteste suis de près Pas là.

Vianney est bien un enfant du XXIe siècle. Pour qui les velléités d’auteur peuvent côtoyer sans vergogne la variété de boulevard, assumée comme telle. Où Barbara, Brel et Nougaro participent des inspirations au même titre que Le Forestier, -M- et Axelle Red. «Joe Dassin aussi m’a donné envie. C’est facile et populaire. Ça me plaît.» Comme Jean-Jacques Goldman? «J’ambitionne de partager avec lui cette volonté de faire des chansons accessibles sans pour autant qu’elles perdent de leur contenance.»

Un artiste euphorique

Des refrains qui plaisent contrastés de mots parfois «douloureux», c’est, raconte ce jeune auteur-compositeur, la qualité première d’une chanson: «Il me faut du relief. Des idées noires portées par la beauté d’une mélodie. Sans quoi, je ne voudrais pas chanter.» Ambivalent Vianney, qui sait répondre de tout ce qu’il fait. Y a-t-il de l’ironie dans ces bluettes faciles d’accès? «Le second degré, ajoute notre interlocuteur, est là pour satisfaire, pour prendre de la hauteur, pour relativiser. C’est une manière de me détacher de choses plus ou moins heureuses. Ça participe de mes chansons. Et ça fait également partie de mon quotidien.»

Vianney, cas particulier dans le paysage de la variété hexagonale, est un euphorique. Heureux de faire ses chansons face au public, heureux d’y trouver du sens. Ce qui n’empêche le jeune artiste de garder ses distances avec la célébrité. Du moins, Vianney sait se raconter en artiste malgré lui: n’était-il qu’un gamin de plus poussant la chansonnette dans sa chambre? Etudiant en stylisme, son quotidien tenait à cela, une «passion ardente» pour la guitare, apprise en autodidacte, une «volonté brûlante» de jouer sa propre musique. Tout petit déjà. Et depuis ses 12 ans, il n’a cessé d’écrire. «M’ennuyer me pousse à faire de la chanson. C’est viscéral. Cette passion se suffit à elle-même. Je me suis plus fait peur qu’autre chose en choisissant d’en faire une profession.»

Voix de Fête du 16 au 20 mars. Vianney, salle communale de Plainpalais, je 17 mars, 20 h. Infos: voixdefete.com (TDG)

Créé: 15.03.2016, 19h14

Lautomne électronique

Des Genevois(es) à l’affiche de Voix de Fête? Il y en a foison: Nour, Jaaq, Jonas, Nyna Loren, Kara Sylla Ka, sans oublier les nombreux artistes du «off» à l’affiche des Bars en Fête. Mais s’il y a un bonhomme qui se démarque cette année, c’est Pierre Lautomne (de son vrai nom Nicolas Varidel), en concert mercredi au Chat Noir en ouverture du festival. On connaît Lautomne depuis la nuit des temps. Sauf qu’après trente ans de scène, ce chanteur par ailleurs arboriculteur a entamé une mue remarquable. Hier poète boisé, amateur d’ambiances acoustiques, de guitare sèche et d’harmonica, l’artiste a viré les arrangements folks pour plonger dans une impressionnante matière électronique. Un premier album, Friche 1 (en attendant Friche 2 l’automne prochain), témoigne de cette métamorphose marquée par une relecture bouleversante de titres anciens. «Depuis toujours, l’envie de tout bousculer me séduisait, raconte le chanteur. Comme les friches naturelles qui, d’un terrain à l’abandon, se retrouvent envahies de ronces avant que n’arrive la forêt, j’envisage mes chansons en perpétuel mouvement.» Inspiré par les climats épurés de Push the Sky Away de Nick Cave, Lautomne a convié quelques magnifiques faiseurs de son de la région, dont le batteur Christophe Calpini, électronicien de haut vol vu chez Bashung, et le pianiste Johann Bourquenez, jazzman à tendance industrielle. Et, d’un style lyrique, le chant a migré vers un parlando plus sombre, plus énigmatique.
F.G.


Pierre Lautomne Chat Noir, rue Vautier 13, me 16 mars à 21?h.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.