Une structure géante pour la 28e Fête de la musique

Concerts et spectaclesDu 21 au 23 juin, le rendez-vous des musiciens en tout genre se recentrera sur la place Neuve, face au Grand Théâtre.

La place Neuve, lors de la Fête de la musique en 2012. Sept ans plus tard, en 2019, pour la 28e édition, l’entier du carrefour sera réservé aux piétons, et la petite scène laissera place à une structure géante sur le parvis du Grand Théâtre.

La place Neuve, lors de la Fête de la musique en 2012. Sept ans plus tard, en 2019, pour la 28e édition, l’entier du carrefour sera réservé aux piétons, et la petite scène laissera place à une structure géante sur le parvis du Grand Théâtre. Image: Pierre Albouy

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Fête de la musique se cherche un cœur, un point central, où la foule se rendrait spontanément, où publics et artistes se retrouveraient naturellement. Une place de la ville ferait-elle l’affaire? Pour les organisateurs, l’évidence s’est imposée: du 21 au 23 juin, la 28e édition du plus gros événement culturel du canton a choisi d’installer son principal lieu de rassemblement sur la place Neuve.

Pareille ambition n’est pas nouvelle et a déjà été suivie avec plus ou moins de succès. On se rappelle la braderie de vinyles il y a cinq ans: sympathique, quoique anecdotique. Les chorales gospel il y a deux ans? Chatoyant. Mais pas de quoi recentrer la Fête cependant. Pour retrouver une occupation événementielle de la place, il faut remonter à 2001, lorsqu’une grande scène accueillait Kusturica et son No Smoking Orchestra. Vieille histoire…

L’entrée, c’est par ici

«La place Neuve reste difficile à habiter», admet l’actuel coordinateur de la Fête de la musique, Laurent Marty. Programmatrice en charge du classique, Vanessa Horowitz avait une idée, toutefois: un bateau pirate. Avec la statue de Dufour en figure de proue? Pour originale qu’elle paraisse, la proposition a fait son chemin. Dans les bureaux de la Municipalité, on s’est mis à imaginer une structure en tubulure métallique, avec des accès, des mezzanines. Monumentale! Il y aurait même, comment? un donut géant, comme aux États-Unis. Ou quelque chose s’en approchant, de très coloré alors. Nom de code du projet: «Rainbow», l’arc-en-ciel. À découvrir dans dix jours.

Éphémère, la structure sera construite sur le parvis devant le Grand Théâtre et supportera deux plateaux scéniques visibles depuis la place. Le public, en revanche, ne pourra y accéder, pas cette année en tout cas. «Cette structure nous permet de revoir totalement la vision de la place, s’enthousiasme Laurent Marty.» Conçue avec le bureau d’architecture Giona Bierens De Haan, en collaboration avec le collectif Galta, la structure entend symboliser une porte: «On entre par ici dans la Fête, raconte le coordinateur, comme on entrait jadis dans la ville par la porte de Neuve.» Un tel portique d’honneur donnerait même envie de pénétrer dans l’institution lyrique rénovée de frais. Mais la dernière production de la saison encore en représentation, seul le foyer au premier étage sera ouvert aux visiteurs. Avec un programme de musiques du monde notamment.

Fanfare et cor des Alpes

Le cadre est posé. Qui verra-t-on? La structure se veut pluridisciplinaire. «Et pas uniquement des DJ, ce n’est pas suffisant», admet Laurent Marty. En ouverture, vendredi 21 juin, on y entendra des cors des Alpes, avec Les Joyeux Fa dièse. Joie reconduite samedi, avec l’ensemble de percussions Eklekto ainsi que la fanfare O.U.M.P.H. Dimanche enfin, on fera place nette pour les cornemuses, avant d’entamer une grande jam, «participative» il va sans dire, le terme est à la mode en Ville de Genève.

28e Fête de la musique Du 21 au 23 juin. Infos: fetedelamusique.ch. Programme complet dans la «Tribune» du jeudi 20 juin. (TDG)

Créé: 11.06.2019, 19h16

Nos incontournables

Avec 529 propositions, auxquelles participent 5000 musiciens, la Fête de la musique garde son cap: copieux, complet et populaire. Les effectifs restent stables, les styles représentés aussi. Classique, jazz, rock, pop, chanson, rap, musiques du monde, électronique, sans oublier la danse, nourrissent une affiche pléthorique. Notre sélection.

Le Fort, ve 21, 23 h Pour les 20 ans de son label, Urgence Disk, installé à l’Usine, monte un «fabulous orchestra» pour cent vingt minutes de musique non-stop.

Bastions Réformateurs, ve 21, 23 h 30 De retour de Cuba, le duo funk soul genevois Sumo ramène des musiciens de l’île.

Cathédrale Saint-Pierre, sa 22, 11 h Un atelier pour construire un orgue à tuyaux, à l’attention des 7-13 ans? On s’inscrit auprès de kids@concerts-cathedrale.ch.

Alhambra, sa 22, 20 h En hommage à l’artiste hip-hop J-Dilla, décédé en 2006, le compositeur américain Miguel Atwood-Ferguson dirige «Suite For Ma Dukes».

Divers lieux, di 23, dès 13 h 15 Le pianiste genevois Léo Tardin se balade avec son synthé, pour expliquer son œuvre au passant attentif. Où il sera question, entre autres, d’une «étude sadique pour la main gauche».
F.G.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un arbre s'abat au cimetière des Rois
Plus...