Stromae, le roi du bermuda, fait salle comble à l'Arena

GenèveDevant 8500 personnes mercredi, le grand belge a refait une fois encore son show electro chic tout plein d'Afrique, de lumières et de sentiments humains partagés.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un jour, oui c'est certain, on élèvera une statue à l'effigie de Paul Van Haver. Pas cette chose cireuse mimant avec trop d'insistance la réalité et qu'on vient de lui présenter au musée Grévin. Mais une vraie, en bronze, qu'on pourrait mettre sur une place où croisent les trams, par exemple. Ça tiendrait tout aussi bien chez lui à Bruxelles, qu'à Paris, Rome, Marseille ou Genève, toutes ces villes du monde que le chanteur visite sans se lasser. On y verrait Stromae titubant avec ostentation, plein d'ivresse et de douleur, le cou tendu en avant pour articuler encore une fois «formidable, formidable». Stromae serait habillé d'un nœud pap', bien sûr. Et d'un bermuda.

Eternel, le bermuda. Indéboulonnable, la longue silhouette qui foule mercredi soir l'Arena devant 8500 personnes hurlantes et vagissantes. Un pur bonheur pour tous ces fans, et moins fans, voire même simples curieux, venus écluser les deux heures de show electro chic, tout plein d'Afrique, de musique house, de Brel et de pommes frites, balancé avec cette aisance désormais coutumière dont fait preuve le bonhomme. Et tout cela pour la seconde fois, c'est vrai, même pas une année après son précédent passage ici, également à guichets fermés. Sans compter cette apparition pour ainsi dire royale à Paléo cet été.

On ne vous refait pas le déroulé du concert: c'est, à peu de chose près, le même qu'en mars dernier au même endroit. Le même que dans les dizaines de villes que le chanteur a fréquenté en bientôt deux ans d'une tournée ininterrompue. Le spectacle aligne les tubes, déjà si nombreux. Mention spéciale pour «Cancer» et «Humain à l'eau», chansons les plus impressionnantes dans leurs habits de scène, élégantes projections vidéos jouant ici du sobre, là des couleurs les plus criardes, et joyeuses, et drôles mêmes. Sacré Stromae, qui salue Genève avec la prononciation vernaculaire, glisse un brin d'espagnol, prononciation parfaite là aussi. Stromae qui n'en finit plus de tutoyer son public, comme il tutoie les sujets de ses chansons. Il dit «tu» à chacun d'entre nous, comme il dit «tu» à Cesaria Evora dans sa jolie chanson qu'il lui dédie, comme à Paulo qui aimait tant les moules frites («sans frites et sans mayo, hihooo, hihoooo...»).

Une dernière course à travers la scène. Peut-être un brin de fatigue quand même? Imperceptible, dans ce cas. Peut-être est-ce ce côté un peu moins «incarné» que les dernières fois... A peine moins incarné. Stromae reste solide comme la statue du général. Indéboulonnable. Comme mercredi à Genève. Puis en décembre à Zurich, Hallestadion complet, 13'000 places! Et après, que lui restera-t-il à faire? Se reposer, trouver le souffle pour durer? Et pour commencer, foutre loin ce bermuda qui commence gentiment, imperceptiblement à s'user...

Créé: 06.11.2014, 08h40

Articles en relation

Line Renaud et Stromae au musée Grévin

Musée «C'est incroyable: elle m'a tout piqué!», s'est exclamée Line Renaud en découvrant sa jumelle de cire, à Paris. Plus...

Stromae a «besoin de quelques années pour guérir»

CELEBRITE Stromae veut se remettre du succès «anormal» de «Racine carrée» avant d'envisager un nouvel album. Plus...

Stromae, maître à danser de Paléo

Paléo 2014 Chansons ludiques et visuels extraordinaires ont fait le lit du chanteur belge, mercredi à Paléo. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dix écoles genevoises cambriolées
Plus...