Samia Tawil, une rockeuse philosophe

MusiqueLa chanteuse genevoise d’origine syrienne et marocaine met de la soul dans ses pensées.

Samia Tawil, chanteuse genevoise de rock et soul, en répétition avec son groupe.
Vidéo: Patrick Gilliéron Lopreno

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un petit local au fond de la Julienne, maison communale de Plan-les-Ouates. Une petite nana derrière le micro. Samia Tawil et son band, choristes, bassiste, batteur, guitariste et claviériste, répètent le nouvel album de la chanteuse, Freedom is Now. L’orgue vibrillonne, les cordes assoient des notes nerveuses sur le rythme battu bien carré: c’est du rock élégant, du blues costaud, du R’n’B inspiré. Et la voix? Soul à souhait, avec ce grain croustillant sur les cordes vocales.

Samia Tawil, on l’avait entraperçue une première fois l’été dernier en concert sur le pont du Bateau-Lavoir. Elle venait de se produire dans le «off» du Montreux Jazz Festival. Le 21 mars, aux Docks de Lausanne, elle poursuivra son chemin en première partie de Beth Hart, cette blueswoman tatouée qui fait rugir les vocalises. Samia Tawil, on finit par la rencontrer autour d’un café: au naturel comme sur scène, elle arbore les mêmes couleurs chaudes, ocre, orange, jaune et vert, colifichets et foulards chamarrés…

«Je suis née à Genève, d’un père Suisse et Syrien, et d’une mère Marocaine, écrivaine, tous deux issus de familles également cosmopolites. De ces origines, j’ai surtout connu le Maroc, dont la musique gnawa me fascine. Mais mes influences de base sont anglophones, James Brown, Prince, les Pink Floyd, du rap aussi, ce que mes parents écoutaient. Mes influences orientales et maghrébines, les chanteuses Oum Khalsoum, Feirouz ou la musique gnawa du Maroc, sont plus discrètes.»

Après avoir touché à la danse, Samia Tawil a commencé sa carrière musicale dans un registre pop. A 13 ans, elle passe un casting. «Coachée, en studio, sur scène, à la télé, ça a été une belle expérience, se souvient-elle. Mais ça devenait du teenage pop. Je voulais autre chose… En sortant du collège, j’ai enregistré ma première maquette, très rock, plus inspirée par Marilyn Manson!»

A Amsterdam, Samia Tawil termine un master de philosophie, discipline qu’elle enseigne actuellement à Genève. Et la nuit venue, travaille ses chansons dans un studio déserté… Une aubaine, ce studio. C’est là-bas, avec son guitariste d’alors, que Samia Tawil trouve sa propre voix. Soul avec le rock et un zeste de Méditerranée, voici les couleurs personnelles de Samia Tawil. Des couleurs métissées: «L’art, c’est la liberté. Et c’est cela le thème de mon premier album, Freedom is Now. Liberté politique aussi, liberté des émotions encore: laisser s’exprimer les pensées les plus crues constitue une mise à nue pas moins engagée qu’une prise de position idéologique.» Ainsi de Pray, chanson écrite du temps où elle vivait à Berlin: «Les paroles évoquent l’évacuation du squat Tacheless, une institution berlinoise. Mais c’est aussi une chanson d’amour.»

Samia Tawil, «Freedom is Now», CD Unchained.
En concert je 27 février à l’Ethno bar, 20 h, et ve 21 mars aux Docks, Lausanne, en 1re partie de Beth Hart, 20 h 30.

(TDG)

Créé: 25.02.2014, 22h46

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: les poussins mâles ne seront plus broyés mais gazés
Plus...