Ils racontent leur migration dans un clip de rap

Saint-George (VD)Une quinzaine de jeunes requérants d'asile des cantons de Vaud et de Genève ont décrit leur vie de migrant dans une vidéo de rap émouvant, réalisée lors d'un camp hip-hop du MJSR.

Le camp de ces jeunes apprentis rappeurs a été d'une grande intensité créative. (Droits réservés)

Le camp de ces jeunes apprentis rappeurs a été d'une grande intensité créative. (Droits réservés)

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Au bout du fil, Nadège Tissot qui a coordonné le projet Ensemble pour le Mouvement de la Jeunesse romande (MJSR) n'en revient toujours pas. Le clip est très bien suivi sur les réseaux avec 2500 vues sur Youtube quelques jours après sa mise en ligne. «L'ambiance studieuse a permis de mettre en musique le travail artistique de personnes venues de plusieurs horizons différents mais avec le point commun d'être tous demandeurs d'asile» confie-t-elle. Le nom de ce projet «Je viens de loin» résume le concept d'un clip de rap au long cours (7 minutes!). Mais réalisé à la manière d'un petit film documentaire avec du rap et de la danse.

Une «équipe de rugby» en lutte contre les préjugés

Ils étaient quinze mineurs non-accompagnés âgés de 15 à 18 ans des cantons de Vaud et de Genève pour mettre sur papier un texte qui parle de leur parcours, de leurs blessures et de leurs espoirs. Avec une ouverture sur leurs langues respectives, français, dari, amharique, arabe ou encore anglais avec les sous-titres pour bien comprendre une réalité trop souvent ignorée.

Ils sont arrivés seuls en Suisse depuis l'Afghanistan, l’Érythrée, l’Éthiopie, la Somalie, la Guinée-Conakry ou encore le Maroc. L'objectif était de casser l'image négative qui plane autour de leur présence, c'est réussi.

«C'est leur clip»

«C'est une approche plus humaine de ces personnes qui ne sont souvent que des numéros. Le thème, l’écriture et la mise en scène ont été entièrement pensés et réalisés par eux. Ce clip est donc totalement « leur », et nous n’avons fait que les accompagner dans la mise en forme de leur projet» explique Nadège Tissot du Mouvement de la Jeunesse Suisse Romande.

Si le but des apprentis-rappeurs était de produire (et de promouvoir) de la musique urbaine, dans un objectif artistique et social, la mission Ensemble, c’est l’intégration par les loisirs, à savoir faciliter l’intégration des enfants et jeunes issus de la migration d’asile (réfugiés et requérants) par les loisirs. Le MJSR a mis en place il y a deux ans ce programme Ensemble. Ce sont 121 enfants de 4 à 14 ans, 195 mineurs non-accompagnés de 14 à 18 ans et 257 familles qui ont pu y participer.

Communiqué.

Créé: 29.09.2018, 15h53

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Budget 2020: 590 mio de déficit prévus
Plus...