Qu’est-il arrivé au valeureux Jethro Tull, héraut des années 70?

ConcertAu Théâtre du Léman, le groupe de Ian Anderson fête ses 50 ans. Revue express d’un déclin amorcé il y a 40 ans.

Jethro Tull, tel qu'il apparaît sur scène dès 2017 pour les 50 ans du groupe anglais: de gauche à droite, David Goodier (basse), Scott Hammond (batterie), John O'Hara (claviers) et Florian Opahle (guitares). Au centre, le seul membre historique encore présent, son cofondateur et leader, Ian Anderson (chant et flûte).

Jethro Tull, tel qu'il apparaît sur scène dès 2017 pour les 50 ans du groupe anglais: de gauche à droite, David Goodier (basse), Scott Hammond (batterie), John O'Hara (claviers) et Florian Opahle (guitares). Au centre, le seul membre historique encore présent, son cofondateur et leader, Ian Anderson (chant et flûte). Image: Latam Windsor

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Jethro Tull jouera au Théâtre du Léman jeudi 10 octobre. Retour de gloire? Clairement, non. Voilà plutôt une tentative de régaler la galerie sur des airs de nostalgie.

Héraut des années 70, la formation britannique réapparaît tout soudain. Son dernier effort studio remonte à 2003 – c’est un album de Noël plutôt compassé dans son allant festif, quoique joliment travaillé. Sans plus d’intérêt. Vu de la sorte, Jethro, autrement dit le flûtiste et chanteur Ian Anderson, 72 ans, leader absolu depuis presque toujours et seul membre historique encore présent à bord, n’a d’autre raison que de fêter ses 50 ans de carrière. Parce qu’à l’époque, c’était de la balle.

As du baroque sauce pub

Jethro Tull, agronome du XVIIIe siècle, a conçu le plantoir à grain. Le groupe de Ian Anderson, ainsi baptisé après avoir endossé de nombreux autres noms, a inventé un style rien qu’à lui. Jethro Tull, c’est la fragrance champêtre du psychédélique britannique, préfigurant la montée du «prog».

Premier grand jalon de sa longue discographie, qui compte une trentaine de sorties en cinquante ans, le «Stand Up» de 1969 possédait une qualité indéniable: son mélange d’airs traditionnels, de rock élaboré et de baroque sauce pub procurait des plaisirs sans failles aux hippies autant qu’aux amateurs de folk blues. «Aqualung», en 1971, explosait carrément le cadre, aboutissant à une synthèse originale entre hard rock, jazz et classique. Surtout, Jethro Tull cultivait à l’époque un flegme bourré de charme. Le public européen a bien suivi, les Nord-Américains ont manifesté leur admiration totale.

La voix en berne

Si maints critiques arrêtent au mitan des années 70 la période faste d’un groupe désormais trop enclin à faire de la «pop», ajoutons que la décennie suivante devient franchement abominable – tâtant du heavy metal, boursouflant de plus belle la ballade néotrad pour tâcher de rallumer le sapin.

En 2014, Ian Anderson, après avoir publié un dernier album en solo, «Homo Erraticus», annonçait la fin officielle de Jethro Tull. Avant de relancer l’affaire pour cette tournée anniversaire. Cinquante ans: en 2019, que reste-t-il de la maestria, de la joie d’antan? Outre le répertoire ancien, on s’attend à retrouver la flûte virevoltante de Ian Anderson, éventuellement sa voix haute et souple. Non? Un petit tour sur internet – le web est impitoyable – indique plutôt une perte assez effrayante de ses capacités vocales.

Jethro Tull Je 10 oct., 20 h, Théâtre du Léman. Infos: opus-one.ch

Créé: 08.10.2019, 15h16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus: le Salon des inventions de Genève reporté en septembre
Plus...