Passer au contenu principal

Pongo, la diaspora angolaise secoue Les Créatives

À la croisée de l’électronique et du kuduro, la chanteuse a trouvé sa voie: vendredi, ce sera le feu à l’Usine.

Pongo, musicienne angolaise.
Pongo, musicienne angolaise.
DR

On a pu la voir à Antigel, à Paléo. Il y a un an, elle retournait les Trans Musicales de Rennes, passage obligé des nouvelles vedettes européennes. Pongo, cette fois, vient aux Créatives. À l’Usine vendredi, où le festival collabore avec le Zoo et PTR, la musicienne angolaise se présente en tête d’affiche d’une soirée chargée. Trois autres figures des musiques urbaines complètent un tableau fort en gueule: la Berlinoise d’adoption Paula Temple, réputée pour sa techno extrême, la rappeuse sud-africaine Dope Saint Jude, emblème queer de Cape Town, et cette autre voix du hip-hop contemporain, la Genevoise Evita Koné.

De la rencontre, dans les années 80, entre l’internationale des sons électroniques et les musiques d’Angola, soca et autres kompa, est née la scène kuduro, contaminant les dancefloors loin à la ronde jusque dans les clubs les plus au fait des dernières tendances. À Lisbonne bien sûr, où réside l’essentiel de la diaspora angolaise. Dans la capitale portugaise, où une petite fille née à Luanda, fuyant la guerre avec ses parents, débarquait à l’âge de 8 ans. Telle est la géographie de Pongo, qui se retrouvait parmi d’autres exilés à donner de la voix pour le groupe lisboète Buraka Som Sistema. Telle est la matrice dans laquelle a éclos cette artiste de feu.

À sa manière coup-de-poing, traduite visuellement par les tenues de superhéroïne «Mad Max» techno, la chanteuse remet le travail sur le métier, ajoute de nouvelles influences, en puisant dans le dancehall notamment, et enfin secoue énergiquement le tout, pour obtenir un succès impressionnant de par le monde. Un talent de feu dans un monde de machines. Que Pongo plie à sa guise pour leur faire rendre tous leurs sucs, tous leurs clics et leurs beats. Voilà des tempos enlevés, des sonorités acidulées, que vient coiffer un chant élastique, particulièrement énergique.Fabrice Gottraux

Pongo, Paula Temple, Dope Saint Jude, Evita Koné Vedredi 22 nov., 21h, PTR et Zoo, Usine, pl. des Volontaires 4. Infos: lescreatives.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.