Le phénomène Adele face à ses records

PopLa chanteuse anglaise sort «25», un 3e album studio attendu qui devrait se hisser dans les meilleures ventes de l’année.

Adele, 27 ans et désormais star incontestée de la planète pop, sort aujourd’hui son troisième album, «25».

Adele, 27 ans et désormais star incontestée de la planète pop, sort aujourd’hui son troisième album, «25». Image: ALASDAIR MCLELLAN/LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Même si seul le compteur des ventes risque de s’affoler, mieux vaut ne pas égarer son calcul mental pour suivre la carrière discographique d’Adele. Si son premier album, 19, sortait en 2008 quand la chanteuse, née le 5 mai 1988, avait en effet 19 ans, son successeur, 21, se retrouvait, lui, dans les bacs début 2011, quand l’artiste avait déjà soufflé les bougies de son 22e anniversaire depuis longtemps.

Ce qui ne l’a pas empêchée de devenir la meilleure vente du XXIe siècle avec plus de 30 millions d’exemplaires écoulés. Ce retard temporel dans l’intitulé de ses disques ne serait qu’apparent, puisqu’il ferait référence au moment de la conception de l’album.

Avec 25, troisième album studio qui sort aujourd’hui nimbé d’une aura événementielle comme l’industrie du disque n’en connaît presque plus, le décalage s’accentue encore puisque l’Anglaise accuse désormais 27 ans. Pas de risque de la voir rejoindre pour autant le tristement célèbre «club des 27», cette liste d’artistes disparus au même âge et dont fait partie Amy Winehouse, sa compatriote et inspiratrice.

«Amy a préparé le chemin pour des artistes comme moi, déclarait-elle, et elle a rendu la musique britannique de nouveau excitante aux yeux des gens, tout en se montrant intrépidement drôle et blasée par rapport à tout ce cirque.»

«Un déjeuner avec des amis plutôt qu'une séance de gym»

Adele ne fait certainement pas partie des abonnés aux excès, sauf ceux de son poids, dont elle s’amuse volontiers. «J’aime me faire belle, mais je mets toujours le confort au-dessus de la mode. Je ne trouve pas les filles maigres séduisantes – soyez heureux et en bonne santé. Je n’ai jamais eu de problème avec mon apparence, et je préférerai toujours un déjeuner avec des amis à une séance de gym.»

En 2011, elle agrémentait le DVD de son live au Royal Albert Hall d’une vidéo où on pouvait la voir, le matin du concert, en train de préparer son thé, démaquillée et en bigoudis.

En bonne Londonienne de Tottenham et de West Norwood, la jeune femme maîtrise l’humour aussi bien que sa voix. Elle l’a encore démontré dernièrement à New York, en commentant son record de visionnements du clip de Hello, le premier single de son nouvel album, qui récoltait plus de 27 millions de vues en 24 heures.

«J’ai fait un Kim Kardashian», a-t-elle déclaré en référence à la capacité de buzz sur Internet de la fameuse bimbo au fessier hypertrophié. «Dieu soit loué, ce n’était pas avec mon popotin, cela aurait brisé Internet si cela avait été le cas!»

Entre Winehouse et Boyle

Au fond, Adele se situe à mi-chemin entre une Amy Winehouse et une Susan Boyle. D’un registre classique au lyrisme poignant, sa voix – seul facteur qui a pesé dans la balance du succès – a subjugué, mais la chanteuse n’a pas cherché à se créer un personnage surnaturel.

Elle demeure la fille d’à côté, celle que l’on peut croiser en allant acheter son pain. Cette proximité, ce caractère rassurant et ordinaire, a sûrement joué en sa faveur dans une époque que les surenchères ne fascinent plus forcément (voir la cote en baisse d’une Madonna, ou d’une Lady Gaga, qui cherche à se faire passer pour une gentille apprentie du jazz vocal).

Adele fait aussi partie d’une génération qui s’interdit parfois de rêver trop fort, mais qui travaille dur pour atteindre ses buts. La chanteuse aux dix Grammy Awards (le dernier pour la chanson Skyfall, du «James Bond» du même nom) n’est pas sortie d’un télécrochet quelconque. Elle est diplômée de la BRIT School for Performing Arts and Technology, où elle étudiait avec Leona Lewis et Jessie J. Le temps des autodidactes brillants semble révolu.

L’enjeu d’un chemin personnel

Sa voix, qui aurait pu se briser en 2011 lors d’une opération des cordes vocales pour un polype, reste son meilleur atout, même dans ses légères fêlures, par sa puissance expressive qui la rapproche d’une Céline Dion. Reste à savoir si Mlle Adkins pourra maintenir un chemin qui lui ressemble au sein d’une industrie qui aime formater ses artistes selon des critères commerciaux.

L’enjeu artistique de sa carrière sera de trouver des compositions à la mesure de son organe vocal. La touche très personnelle de ses premiers albums s’étiole déjà, même si Adele est créditée sur chaque titre de 25. Il a fallu attendre quatre ans pour trouver un successeur aux deux albums avec lesquels elle a édifié un succès monumental. En bonne logique (trouvez la fin de la séquence suivante: 19, 21, 25, X), il faudra attendre huit ans pour le prochain. Dites 33?

Créé: 19.11.2015, 21h23

L'album

Critique

Tous les fans d’Adele ont pu découvrir «Hello» et «When We Were Young», premiers singles luxueux lâchés en éclaireurs de 25 sur le Net. A l’écoute de l’album complet, le choix de ces titres n’étonne pas car ils se détachent clairement du lot. Dans les deux cas, la mélancolie s’impose. Puissante et lyrique avec «Hello», légèrement plus intimiste avec un «When We Were Young», qui rappelle les anciens succès de la chanteuse.
Du côté des neuf autres chansons de la collection, une recherche de variété se fait sentir. Dès «Send My Love (To Your New Lover)», en deuxième place, l’entame et sa rythmique de guitare intrigue, première impression vite dissipée avec un refrain qui semble concurrencer les prouesses criardes et enfantines d’une Katy Perry. Heureusement, un morceau comme «I Miss You» reprend de l’ampleur en s’envolant sur une sarabande rythmique et des canons tirés du R&B américain, logique pour celle qui n’a jamais caché son admiration pour Mary J. Blige.
Mais, trop souvent, ses ballades puissantes demeurent sur le grand boulevard d’une soul très pop, dans le sillage d’une Céline Dion («Remedy») ou des hymnes «eighties» («Water Under The Bridge»). Les grandes chanteuses «à voix» de la variété sont toujours menacées d’interchangeabilité et, à ce stade, c’est bien ce qui guette Adele sur «25»… Des titres varient mieux le propos, comme le «River Lea» de Danger Mouse, très pop mais lesté d’un peu de noirceur, ou le folk-jazzy de «Million Years Ago». Mais, sans s’attendre à d’immenses prises de risques artistiques, on était en droit d’espérer des options moins conventionnelles.


25
Adele
XL Recordings (distr. Musikvertrieb)

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Cycle genevois toujours aussi inégalitaire
Plus...