Le pari local de la webradio musicale

Internet Radio Vostok, Radio Usine, La Fabrik: elles font la part belle aux groupes du cru. Comme Léman Bouge, née il y a un an.

Diffusés par Léman Bouge, les Genevois Jetlakes joueront pour la webradio le 6 août à Nyon,

Diffusés par Léman Bouge, les Genevois Jetlakes joueront pour la webradio le 6 août à Nyon, Image: Steeve Iuncker Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Léman Bouge, la radio des zicos du grand Genève.» Avec pareil slogan, la plate-forme musicale lancée en octobre dernier ne cache pas ses ambitions. Pour ses fondateurs, Didier Tischler Taillard, journaliste, et Jean-Noël Leprat, webmaster, les groupes du bassin genevois ne sont pas assez, voire pas du tout représentés par les antennes privées ou publiques. Ce à quoi Léman Bouge entend remédier. En présentant sur son site un podcast et des vidéoclips d’artistes locaux. Et en organisant, cet été, une série de concerts itinérants, sur une scène mobile, dès le samedi 16 juillet, à Genève, Annecy et Nyon. Ainsi qu’avec une compilation des groupes préférés de la maison. Où l’on retrouve aussi bien la pop des Jetlakes que le rap rock de Léo Walden, de Genève, sans oublier la chanson française des Chrétiens des Alpes, de Thonon, et celle des Jurassiens de Serge Band.

Le local, une carte à jouer

Eclectique à souhait – «on diffuse ce qu’on reçoit» précise Didier Tischler Taillard –, Léman Bouge rejoint un paysage numérique cependant loin d’être surchargé. Sur le Net, seules cinq webradios régionales ont été capables de se développer ces dernières années: Radio Usine, Radio Vostok, La Fabrik, Fréquence Banane, à l’origine sur Lausanne et désormais aussi sur Genève, et Backstage Radio. Radio Vostok, cinq ans d’existence, met elle aussi l’accent sur la scène locale, dans la veine indie-rock. «Nous comptons 15% de titres suisses en rotation, dont 6% de genevois, explique Charles Menger, responsable des programmes. Il est difficile de faire beaucoup mieux sans avoir plus de moyens dédiés à la prospection. Il nous faudrait pour cela plusieurs programmateurs à plein-temps. Ou sacrifier sur la qualité et la cohérence de l’antenne. Car la scène locale n’est pas disponible clés en main, contrairement au mainstream proposé par les grands labels.» Si Radio Vostok est au bénéfice de subventions, même irrégulières, Léman Bouge ne touche en revanche pas d’argent public, sinon pour les concerts de cet été. Chercher la qualité, c’est, malgré ses maigres moyens, ce que revendique également Léman Bouge: «Après dix mois d’existence, on peut se permettre de faire un tri», explique Didier Tischler Taillard.

En défendant un minimum de 80% de «local», Léman Bouge reste cependant un cas rare dans le paysage numérique. En comparaison, sur les deux chaînes de la RTS que sont La Première et Couleur 3, les titres suisses représentent entre 15 et 20% de la musique diffusée. Défendre les musiques du cru relève-il d’un vœu pieux? «Il y a une carte à jouer, répond Charles Menger. Le public s’éduque. D’autant que le public suisse, précisément, écoute déjà des groupes du cru, mais en concert.»

L’attrait du grand Genève

Les webradios, même lorsqu’elles sont confinées à une audience parfois anecdotique, peuvent-elles réellement promouvoir la scène locale? Deux manières de faire se distinguent: soit on développe du pointu, en consacrant son site web à un style de niche, le dubstep par exemple. Auquel cas, il faut viser une audience internationale. Soit, comme c’est le cas de Radio Vostok et Léman Bouge, on vise le public local, avec du contenu local, en récupérant un lien de proximité que les grandes radios privées et publiques avaient délaissé. Dans ce cas, la zone du grand Genève reste un objectif raisonnable pour une antenne installée au bout du lac: «Sur le marché musical, très concurrentiel, une exposition supplémentaire, même minime, est un plus considérable du point de vue du musicien», constate Charles Menger.

Léman Bouge, cinq concerts itinérants, dont Chris Maldah et Matt Mathews, sa 16 juillet, 17 h, place de la Navigation. Infos: lemanbouge.com

(TDG)

Créé: 05.07.2016, 19h20

Articles en relation

Une radio promeut les «zicos du très grand Genève»

Musique Créé sur Internet, Léman Rouge diffuse 70% de production régionale. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Des gendarmes genevois sous enquête
Plus...