Paléo a les moyens d’exclure les festivaliers indignes

FestivalDeux femmes ont été importunées au camping par un homme alcoolisé. La sécurité du festival a agi vite pour éviter le dérapage.

Le camping de Paléo a accueilli en moyenne 9000 festivaliers tous les soirs.

Le camping de Paléo a accueilli en moyenne 9000 festivaliers tous les soirs. Image: ANTONIO DI NOLFI/KEYSTONE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Paléo est une grande ville avec sa population de quelque 50 000 âmes qui se réunissent tous les soirs dans une ambiance festive autour des concerts. Mais une ville qui a aussi ses côtés plus sombres. Deux jeunes femmes en ont fait l’expérience durant la nuit de vendredi à samedi. La réaction rapide de la sécurité a réussi à éviter que la situation ne dérape. Récit.

Les festivalières étaient accompagnées cette nuit-là par deux amis. L’un d’eux raconte. «Un homme alcoolisé s’est montré très insistant envers les deux filles. Ses intentions étaient très claires.» Ce n’était pas la première fois que ce campeur s’en prenait verbalement à ses victimes. Mais samedi matin, une des jeunes femmes décide de le repousser. «Il l’a alors insultée et a menacé de revenir pour brûler son campement au napalm.»

C’en était trop. Le groupe décide d’appeler la sécurité du festival. «Nous avons fait une trentaine de mètres avant de tomber sur deux bénévoles de la sécurité qui ont appelé en renfort des agents d’une entreprise privée.»

Du moment où l’alerte a été donnée, le groupe voit aussi débarquer sept ou huit collaborateurs du service de sécurité du festival. «C’était impressionnant de voir autant de personnes, se souvient le jeune homme. Cela nous a rassuré de savoir qu’il y avait autant de présence au sein du camping, même si elle est invisible en temps normal. Ces bénévoles sont habillés en civil, certains ont même des looks de loubards.»

L’ensemble de cette équipe du festival compte 1063 collaborateurs qui ont cumulé 43 000 heures pendant la durée du Paléo. «Nous avons une densité plus forte que dans une ville, note Pascal Viot, responsable de la sécurité pour Paléo. Nous savons donc tout ce qui se passe sur le terrain, dans le camping et aux alentours directs.»

L’homme agressif et le groupe d’amis sont finalement conduits au centre sécurité du camping. Une main courante est déposée par les plaignants, secondés par des collaborateurs de la sécurité du Paléo. «La prise en charge a été admirable et très humaine, alors que mon amie était choquée par ce qui lui était arrivé. Sa version n’a jamais été remise en question.»

Des cas rares

Dans la nuit, l’agresseur, connu pour des faits liés notamment à des vols, a été exclu du festival. Une interdiction de périmètre lui a été signifiée. Pour l’édition 2018, c’est la seule qui a été édictée. La mesure est d’ailleurs rare depuis 2010, date d’entrée en vigueur d’un arrêté municipal donnant ce pouvoir au Paléo. Habituellement, entre trois ou quatre sont promulguées par édition.

L’interdiction vaut sur un périmètre couvrant le terrain du festival, le camping, les parkings, ainsi que les gares routières et ferroviaires de l’Asse. Elle n’est valable que durant le festival en cours. Elle est transmise en main propre au contrevenant par le chef de la sécurité du Paléo ou par la police. Un avocat est aussi engagé par la manifestation pour qualifier les faits qui justifient la mesure. Un fait d’une certaine gravité ou une répétition d’infractions peuvent provoquer une interdiction. Si la procédure est courante dans les milieux sportifs, en particulier dans les stades et les patinoires, elle est exceptionnelle pour les festivals.

Calmer les vendeurs au noir

«Historiquement, nous nous sommes dotés des outils pour notifier ces interdictions dans le contexte des vendeurs au marché noir. Ceux-ci étaient très agressifs envers les festivaliers et même entre eux. Depuis 2010, la situation s’est améliorée car les vendeurs savent qu’ils peuvent être exclus du secteur dans lequel leur business se réalise. Et le festival garde le contrôle sur ce phénomène.»

Puisque peu d’interdictions sont notifiées, il est relativement facile de s’assurer que le fauteur de troubles ne met plus les pieds autour du festival. S’il devait ne pas respecter l’injonction, il serait dénoncé pour violation de domicile.

Créé: 23.07.2018, 20h33

Année record à la baisse

Les délits commis pendant Paléo sont très faibles en regard de la population qui fréquente le festival tous les soirs. Le bilan est très satisfaisant dans ce domaine. C’est le constat que tire la police cantonale vaudoise. L’édition 2018 atteint même des records.

Sur les six jours de fête, 40 délits ont été rapportés à l’organisateur, soit une baisse de 50% par rapport à 2017. Concernant les vols, 27 ont été enregistrés, soit trois fois moins que l’an dernier.

La Police Nyon Région et la gendarmerie ont enregistré 10 plaintes pénales, autant qu’en 2017.
Sur le front des stupéfiants, les policiers ont interpellé et dénoncé 73 contrevenants (130 en 2017), dont 35% de mineurs, pour consommation et petit trafic.

Environ 250 grammes de produits à base de cannabis ont été saisis, tout comme un peu moins de 30 grammes de cocaïne.

Les deux postes médicaux de Paléo, qui comptent 105 collaborateurs et assurent
un service 24 heures sur 24, ont traité près de 3000 patients. La plupart souffraient de cas bénins. Huit malheureux ont été conduits en ambulance dans les hôpitaux pour des contrôles ou une prise en charge.

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...