A Paléo, Lou Doillon se la coule douce. Et son public avec

ChansonCharmante en robe blanche, la fille de Jane Birkin a rameuté devant les Arches une foule ravie.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quelqu’un m’a demandé, goguenard: «Quelle chanteuse tu vas voir!?» J’ai répondu «Lou Doillon, bien sûr». Avant de filer illico… Robette blanche jusqu’aux genoux, épaules nues et peau brune comme au sortir d’un bain naturiste, il y a de l’aristocratie anglaise dans cette apparition du soir, un quelque chose de vaporeux, d’insaisissable, dans la figure osseuse de la chanteuse que voilà. Jane Birkin l’a faite avec Jacques Doillon, qui lui a donné son nom. Et c’est peu dire qu’elle ressemble à sa mère.

Cette grande bringue débarquée comme de la lune il y a à peine un an n’entre certes pas vraiment dans le who’s who des amateurs de rock. Lou Doillon est grand public? Alors, ce dernier le lui rend bien, Sur la scène des Arches, qui remplace feu le Chapiteau, la chanteuse et son band ont rameuté la foule des grands jours. Pour le coup, le nouvel aménagement, en plein air et plus large de 12000 spectateurs a trouvé sa reine du soir.

Après la voix feutrée de Sophie Hunger sur la Grande Scène, ce mardi à Paléo s’est poursuivi avec le timbre plus enfumé de Miss Lou. Pour donner de la chair à ces ballades tristes, remuer ce zeste de soul penchant vers un folk de bon aloi, voilà une voix qui sonne plutôt joli. On y entendra ici la crudité soul d’Amy Winehouse, plus loin le timbre de trompette, si soyeux, si frissonnant, de Beth Gibbons du groupe Portishead. Beaucoup de cette dernière, même. Avec en prime quelques croassements pas toujours élégants. La faute, peut-être, à une sono trop lourde. A moins que, plus simplement, la jeune musicienne catapultée vedette n’ait pas le coffre pour pareille envergure de scène…

Une reprise délicate de l’hymne punk rock Should I Stay or Should Go des Clash. Une valse encore, «un peu spéciale», qui berce une assemblée multigénérationnelle, ravie de s’être laissée embarquer par la réputation en tâche d’huile d’une artiste tout de même encore débutante…

Créé: 23.07.2013, 21h57

Articles en relation

Dans une forêt de 800 pieux nichent de drôles d’oiseaux à Paléo

Birdland Pour sa 9e collaboration avec le festival, la HES-SO invite le public à découvrir un espace aérien consacré au thème de la liberté. Plus...

Bastian Baker & Co: nos derniers directs de Paléo!

Festival Le Paléo Festival de Nyon se termine aujourd'hui. Vous n'êtes pas sur l'Asse? la Tribune de Genève vous y emmène dès 16 heures. Entre autres ce soir en direct: Bastian Baker sur la Grande Scène! Plus...

Belle palette d’artistes pour le Paléo Festival

Musique Le Paléo Festival ouvre ses portes pour une 38e édition qui s'annonce idéale avec une météo estivale. Neil Young, Sophie Hunger et Lou Doillon sont attendus mardi sur la plaine de l'Asse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Maudet s'oppose au budget 2020
Plus...