Un nouvel homme fort pour l'OSR

Musique classiqueDès la saison 2016-17, le chef britannique Jonathan Nott succédera à Neeme Järvi à la tête de l’orchestre romand.

Jonathan Nott, 52 ans, a reçu l’adhésion presque totale des musiciens appelés à voter pour élire un nouveau chef.

Jonathan Nott, 52 ans, a reçu l’adhésion presque totale des musiciens appelés à voter pour élire un nouveau chef. Image: Pierre Abensur

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Appelons cela un score bulgare. Avec 92,2% des suffrages, Jonathan Nott a créé le vide autour de lui, au sein de la courte liste des papables pressentis à la succession du chef sortant Neeme Järvi à la tête de l’Orchestre de la Suisse romande. Aucun doute ou presque pour les musiciens appelés à s’exprimer donc. L’urne a parlé clairement en disant que le Britannique est l’homme qu’il faut pour ouvrir un nouveau cycle artistique au sein de la vénérable institution fondée par Ernest Ansermet.

Fort de cet appui massif, le nouveau directeur musical et artistique s’est présenté mercredi matin à l’heure du café, dans les hauts étages de la tour de la RTS, là où l’OSR avait donné rendez-vous aux journalistes. Sourire aux lèvres, cheveux gominés et soigneusement en bataille, le natif des Midlands a frappé d’entrée les esprits par son enthousiasme juvénile et contagieux. Ses apparences pousseraient d’ailleurs à ôter dix de ses 52 ans, fêtés le jour de Noël.

Ses premiers mots, prononcés dans un français quelque peu titubant mais intelligible, sont ceux des remerciements: «Je considère l’opportunité qui se présente à moi comme un grand cadeau, d’autant que j’ai été plébiscité par la quasi-totalité des musiciens.» Son arrivée à Genève couronne ainsi une idylle qui s’était profilée en creux à l’automne dernier déjà. Il faut s’en souvenir, au mois d’octobre le chef foulait pour la première fois la scène du Victoria Hall, invité à mener l’OSR vers une exigeante Septième Symphonie de Mahler, parsemée de pièges et de tableaux complexes. A la fin du concert, le défi brillamment relevé, Jonathan Nott s’en allait sur un triomphe. Quelques mois plus tard, le chef revient sur cet instant de grâce: «Nous n’avons passé que cinq jours ensemble pour travailler l’œuvre, mais j’ai très vite compris que pendant ce temps, une relation riche s’installait avec l’orchestre. J’ai trouvé ici un ensemble d’artistes ouverts à tout ce que j’aime dans la musique.»

Musicien complet

Ces affinités électives sont saluées aussi par Florence Notter, présidente du Conseil de fondation de l’orchestre, pour qui le profil artistique et humain de Jonathan Nott répond à toutes les attentes fixées au préalable dans le processus de désignation: «Nous cherchions un chef d’orchestre de renommée internationale, capable de générer l’adhésion auprès des musiciens et de les faire progresser. Nous voulions aussi une figure pouvant établir des lignes artistiques fortes et désireuse de s’impliquer dans la vie locale.»

Le dixième chef dans l’histoire de l’orchestre incarne ainsi un ensemble de promesses qu’il faudra suivre dès la saison 2016-17, avec une entrée en fonction effective prévue pour janvier 2017. Son passé, son parcours dévoilent un musicien complet, curieux et actif dans plusieurs domaines musicaux. On trouve chez lui une connaissance approfondie du répertoire du XXe siècle (de Ligeti à Boulez, en passant par Bartók), abordé avec assiduité avec l’Ensemble intercontemporain, qu’il a dirigé de 2000 à 2003. Ce goût pour les musiques d’aujourd’hui ne s’est jamais démenti, et Jonathan Nott promet de le prolonger au sein de l’OSR, avec des créations notamment. On croise aussi, dans son curriculum, un solide bagage dans l’art lyrique, façonné très jeune déjà, alors qu’il étudiait le chant à Cambridge, puis plus tard, au milieu des années 1980, en tant que Kappellmeister en Allemagne. Cet atout fera de lui un chef capable de relever les défis futurs dans la fosse du Grand Théâtre.

Sans-faute

Il y a enfin son parcours dans le répertoire symphonique, qui relève quasi du sans-faute. A la tête depuis quinze ans de l’Orchestre symphonique de Bamberg, Jonathan Nott a signé des projets saisissants, telle cette excellente intégrale des symphonies de Schubert, que le chef a gravée en les accompagnant – dans un dialogue stimulant – d’œuvres contemporaines. Telle, aussi, cette intégrale des symphonies de Mahler, qui a marqué les esprits à sa sortie en 2013. Aujourd’hui l’aura de Jonathan Nott laisse présager des jours heureux pour les musiciens de l’OSR et les mélomanes. (TDG)

Créé: 28.01.2015, 19h02

Articles en relation

Jonathan Nott reprend la direction musicale de l'OSR

OSR Sa griffe? Rigueur, souplesse et lyrisme aux mille nuances. Il a été désigné pour succéder à Neeme Järvi à la tête de l'orchestre romand. Plus...

Le monde est bleu comme Clementine

Musique Le chanteur et pianiste sort At Least For Now, premier album hanté par les esprits du blues et de la chanson. Plus...

«Il fallait m’extraire cette musique de la tête»

Littérature Au premier roman, Jean-Noël Orengo échafaude une Pattaya fantasmée. Dans La fleur du capital, la littérature pulse dans les chairs. Rencontre. Plus...

«BAM!» l’expo sonore qui fait remuer de la tête aux pieds

Musique L'institut Jaques-Dalcroze fête ses 100 ans avec originalité. Première étape, bruyante, à Carouge. Plus...

Plus grande salle de concert en ville, le Palladium se cherche une identité

Enquête L’ancien Palais d’hiver accueille également concours de coiffure et arbres de Noël. Aux dépens de la musique? La question fait débat… Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Elections en Europe: les Verts progressent partout
Plus...