Norah Jones retaille le bleu velours dans sa nuit ancienne

JazzLa chanteuse est de retour avec «Day Breaks», album qui la voit renouer avec les atours du jazz. Le conte de fées de ses débuts peut-il se répéter?

Avec «Day Breaks», la sœur d’Anoushka Shankar vise le cœur du jazz.

Avec «Day Breaks», la sœur d’Anoushka Shankar vise le cœur du jazz. Image: LDD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Norah Jones fait partie du très petit cercle des artistes pop à avoir fait l’unanimité au XXIe siècle autour d’un album. Du vieux fan de jazz qui ne savait plus quoi écouter dans son bain au jeune gandin qui voulait tremper un orteil dans les mixtures bleutées, son Come Away With Me de 2002 mettait tout le monde d’accord. Précédant les succès d’Amy Winehouse et d’Adele, ce disque – de diamant, avec quelque 26 millions d’exemplaires vendus – sauvait au passage un label Blue Note qui avait perdu de son lustre historique. D’un coup de baguette, la fée Clochette, fille illégitime de Ravi Shankar, s’était hissée au sommet.

Près de 15 ans plus tard, alors que sort Day Breaks, son 6e album studio, Norah Jones a démontré qu’elle n’était pas la chanteuse d’un seul succès. Elle a signé d’innombrables collaborations avec des artistes qui rêvaient de voir le nom du prodige figurer sur leurs productions. Même le cinéaste Wong Kar-wai craquait pour elle, l’enrôlant comme comédienne dans son film de 2007, My Blueberry Nights. Bonnie Raitt, Jerry Lee Lewis, Willie Nelson, Herbie Hancock, Wyclef Jean, Keith Richards et encore Charles Lloyd cette année ont dialogué avec celle qui transformait en or tout ce qu’elle touchait de sa voix de cristal.

Un passé entre folk et pop

Ses propres projets ont aussi navigué dans des directions très différentes, d’enregistrements plutôt folk avec The Little Willies à ses tentatives de se poser sur le terrain sans équivoque de la pop – les albums The Fall (2009) et Little Broken Hearts (2012) réalisé dans les parages du producteur Danger Mouse.

Son Day Breaks est annoncé par sa maison de disques comme un retour aux sources. L’accent est mis sur sa coloration très jazz – le géant du saxophone Wayne Shorter, l’organiste Lonnie Smith et le batteur Brian Blade font partie de la fine fleur des musiciens de l’équipe. Si la sobriété instrumentale de cet enregistrement permet, en effet, la comparaison avec ses premiers pas, il ne faut poutant pas oublier que Come Away With Me n’avait rien d’un album de jazz sans partage, mais empruntait aussi beaucoup à l’univers de la country, musique qui fait partie depuis toujours du vocabulaire de celle qui, dès 2003, participait à un projet autour du répertoire de Dolly Parton.

Mais le monde a toujours voulu voir, dans son parcours, un de ces miracles qui ne se produisent presque plus dans le jazz. Plus de quatre ans après son dernier album, Norah Jones cherche donc à se mettre en conformité avec son passé et avec les attentes que son nom n’a jamais cessé de susciter. Que Wayne Shorter lui-même se penche sur le berceau de ce nouveau départ indique bien la volonté, cette fois, de tailler le satin bleu au cœur de l’étoffe. Et pas pour qu’on lui taille un costard… (TDG)

Créé: 07.10.2016, 21h55

Critique

Pour «Day Breaks», Norah Jones ne s’est pas soudainement transformée en Aretha Franklin.
Sa voix claire et suavement voilée demeure, rehaussée de ces accents champêtres nonchalants qui en font une excellente interprète country.
La folk montre aussi le bout de son nez avec la reprise de Neil Young, «Don’t Be Denied». Mais l’habillage jazz des titres – pour la plupart composés par la chanteuse – a?de la tenue, même dans la discrétion.
Sur «Burn», Wayne Shorter papillonne en beauté, et Lonnie Smith infiltre une?pulsation haletante sur «Flipside».
L’album, feutré, joue d’ambiances nocturnes où il fera bon déguster ce?retour délicat dans la veine bleue.

Un album et un concert complet

Day Breaks
Norah Jones
Blue Note (distr. Universal Music)

Bâle, Event Hall
Lundi 7 novembre (21h15). Complet.
www.baloisesession.ch

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bolsonaro chez Trump
Plus...