Passer au contenu principal

Un monde de musiques a rendez-vous à l’Épicentre

Pour sa saison 2019-2020, la salle de Collonge-Bellerive aligne les pépites d'Afrique, d'Amérique latine, et de Suisse.

L’Orage, formation genevoise de jazz psychédélique.
L’Orage, formation genevoise de jazz psychédélique.
Juliette Henrioud

Il est une salle en bordure de la grande ville qui se préserve du tumulte urbain. Ce havre de paix au cachet singulier, on ne vous le présente plus, c’est L’Épicentre, une référence en matière de musiques du monde. Installé dans une ancienne ferme transformée en salle de spectacle, L’Épicentre n’a pas son pareil pour dénicher la perle rare en devenir, le groupe africain qui monte, la chanteuse latino américaine en pleine ascension. Également la dernière sensation de la scène locale.

Après une ouverture de saison en compagnie du chanteur Tiwayo, ce sera au tour du groupe genevois L’Orage de présenter sa partie. L’Orage réunit dans sa transe jazz psychédélique une palette de musiciens d’horizons divers, notamment les fondateurs du trio rock Duck Duck Grey Duck et le saxophoniste de jazz Ganesh Geymeier. Le 12 octobre, le bouillonnant sextet croisera sur scène une figure d’un tout autre type: Noumoucounda Cissoko, c’est ce maître sénégalais de la harpe luth «kora», que maints artistes internationaux ont réclamé en studio, notamment Stromae sur «Racine Carrée».

Flamenco et compagnie

Elle va ainsi, la programmation de L’Épicentre, qui s’attache à des personnalités parfois hors cadres, souvent extra-européennes. Retenons encore Ana Carla Maza, Chilienne élevée à Cuba, violoncelliste et chanteuse mariant classique, jazz et répertoire latino-américain (2 nov.). Puis la plus pop Flavia Coelho, Brésilienne fameuse, qui livre un nouvel album, «DNA» (16 nov.). «Sa notoriété a largement dépassé la taille de L’Épicentre, constate Stéphane Radice, programmateur. Mais elle reste fidèle à une salle qui l’a vue débuter en Europe. C’est également l’attrait d’une salle intimiste, chaleureuse, qui permet une grande proximité avec le public.»

L’intime devrait aussi convenir à merveille aux alliances électro classique de Sebastian Plano (23 nov.). Idem pour cet autre Sénégalais, Yaya Minté, petit dernier du label ThinkZik, filon choyé par la salle (7 déc.). Enfin, l’année 2020 reprendra dans l’extase du flamenco: star montante en Espagne, Rocío Márquez se produira à Collonge-Bellerive le 18 janvier.

L’Épicentre Collonge-Bellerive, ch. de Mancy 61. Prochain concert: ve 12 oct., L’Orage, Noumoucounda. Infos: epicentre.ch.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.