Passer au contenu principal

«La liberté ne se proclame pas, elle se prend»

Jean-Louis Aubert reprend les armes en solo avec «Refuge», un double album attendu ce vendredi. Rencontre.

Ex-rockeur: S’il en conserve la dégaine et les cheveux gras, Jean-Louis Aubert ne joue pas les vieux rockeurs pour autant. Il assume son âge et dit préférer la méditation bouddhiste.
Ex-rockeur: S’il en conserve la dégaine et les cheveux gras, Jean-Louis Aubert ne joue pas les vieux rockeurs pour autant. Il assume son âge et dit préférer la méditation bouddhiste.
barbara d’alessandri

Devant l’hôtel Lutetia, dans le VIe arrondissement de Paris, Jean-Louis Aubert, 64 ans, crame sa clope en bavardant avec le portier. Cuir sur les épaules, docks aux pieds et cheveux gras, la dégaine du rockeur est intacte. Serait-ce d’avoir ravivé la flamme de Téléphone sur scène avec Les Insus ces dernières années? Rien n’est moins sûr.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.