John Cale à La Bâtie, la plus violente des caresses

CritiqueTout casser, tout refaire, au risque de déplaire: ainsi va l'ancien du Velvet Underground. Retour sur son concert à l'Alhambra

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Inconfortable. Déstabilisant. Et beau. Question de point de vue, d’autres ont détesté. Vendredi en ouverture de la 41e Bâtie, John Cale en short alternait bruitisme sauvage, rythmique industrielle et chant de baleine hurlant son désespoir. L’affaire avait de quoi dérouter. L’ancien du Velvet Underground met un point d’honneur à tout démonter, transformer, recycler. De «vieilles chansons avec de nouveaux camouflages», dit-il, assez distancié pour ne pas avoir l’air de faire de l’art.

Cale et son band, trois jeunes loups prêts à jouer n’importe quel titre du répertoire, déversent un flot de saturation, d’harmonie contrariées, matière tour à tour irritante, iridescente, soyeuse parfois, lorsque les cris glauques du maître de céans deviennent romance mélancolique. If you Were Still Around, Dirty-Ass Rock’n’Roll, Living It Up To You, You Know More Than I Know, I’m Waiting For The Man du Velvet encore et l’incontournable tube d’Elvis Presey, Heartbreak Hotel: tous méconnaissables, rendus à la folie créatrice des premiers jours, au génie artistique.

Rien de facile, à vrai dire. C’est une masse en perpétuel mouvement, une musique inquiète, violente, incarnée. Qui déborde, et tache. Mais lorsque, par hasard, riffs coupants et lambeaux de mélodies s’accordent précisément, on découvre une splendeur.

Créé: 03.09.2017, 16h36

Articles en relation

Rencontre avec John Cale, père du punk, avant son concert à La Bâtie

Interview L’ancien du Velvet Underground ouvre la 41e édition du festival genevois, vendredi à l’Alhambra. Plus...

John Cale fait revivre le Velvet Underground

Musique Le musicien a livré un concert intense à Paris, avec des guest stars de luxe. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Human Brain Project avance moins vite qu'espéré
Plus...