700 motards vont accompagner Johnny

ParisEncore sous le choc de la disparition de son monument national, la France va lui rendre un hommage exceptionnel samedi sur les Champs-Elysées.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La France, encore groggy jeudi au lendemain de la mort de son monument national Johnny Hallyday, se prépare à rendre un «hommage populaire» d'envergure exceptionnelle samedi à Paris.

Le convoi funéraire du chanteur, que le président Emmanuel Macron a qualifié de «héros français», descendra à midi les Champs-Elysées de l'Arc de Triomphe à la Concorde avant une messe à la Madeleine, a annoncé l'Elysée, un cas de figure exceptionnel pour un artiste.

Le convoi sera accompagné de 500 à 700 motards, a précisé le manager du rockeur, Sébastien Farran, alors que des centaines de milliers de personnes sont attendues le long du parcours.

Le président Macron prendra ensuite «brièvement la parole» pendant la cérémonie à la Madeleine, a ajouté la présidence. Un concert avec les musiciens de Johnny Hallyday est également prévu.

La disparition d'une personnalité aussi populaire que l'interprète de «Que je t'aime», «Quelque chose de Tennessee» ou encore «Allumer le feu» pose de considérables problèmes de logistique et de sécurité.

«Près de 1500 policiers et gendarmes seront mobilisés», a souligné le préfet de police de Paris Michel Delpuech.

La célèbre tour Eiffel participera également au recueillement national en portant de vendredi soir à dimanche soir le message Merci Johnny .

Ailleurs en France aussi, le chanteur est à l'honneur, notamment à Nice où la plus grande salle de concert de la ville, le Palais Nikaïa, sera rebaptisée «Nikaïa - Johnny Hallyday», selon une délibération votée à l'unanimité jeudi en conseil municipal.

«Un homme simple»

Une chanson du répertoire de Johnny Hallyday sera par ailleurs diffusée ce week-end à l'entrée des joueurs sur la pelouse avant chaque match de Ligue 1 et Ligue 2 de football. «Trésor national», «La dernière idole», «légendaire», numéros spéciaux, Unes noires... La presse dans son ensemble se faisait l'écho du choc que subit le pays depuis la nuit de mardi à mercredi, quand l'épouse de Johnny Hallyday a annoncé à l'AFP la mort de celui qui était bien plus qu'un chanteur, un élément du patrimoine français.

En 2006, Johnny Hallyday avait trouvé «pas terrible» l'idée de funérailles nationales. «Je ne suis pas une star absolue, je suis un homme simple», avait-il déclaré à la télévision.

Il pourrait être enterré hors de métropole, sur l'île des Caraïbes de Saint-Barth, où il avait une maison. «Il m'a confié à plusieurs reprises qu'il souhaitait être enterré à Saint-Barth, les discussions sont en cours avec la famille», a déclaré à l'AFP le président de la Collectivité de Saint-Barth.

En attendant le dernier adieu à Johnny, les fans du rockeur étaient conviés ce jeudi soir à une veillée de prières à l'église Saint-Roch, la paroisse parisienne des artistes.

Mercredi soir, plusieurs chaînes de télévision avaient bouleversé leur grille pour diffuser des programmes d'hommage à cette icône, profondément liée à l'identité française de ces dernières décennies.

«Frisson»

Un des animateurs les plus célèbres de France, Michel Drucker, a craqué à la fin de son émission en direct. «Lui, c'était spécial, tu aurais pu vivre encore un peu Johnny», a-t-il lâché, la voix brisée, en larmes.

L'écoute et les téléchargements des chansons et albums de Johnny Hallyday se sont envolés sur les plateformes musicales (Deezer, Spotify, iTunes). Deezer a indiqué à l'AFP que les écoutes des titres du chanteur avaient grimpé de 4.400% sur la journée de mercredi.

La dépouille du chanteur a quitté dans la matinée la maison de Marnes-la-Coquette, près de Paris, où il vivait, pour être transférée au funérarium du Mont-Valérien. «J'ai entendu dire qu'il était au funérarium alors je suis venu. Avec lui, c'est une partie de ma jeunesse qui s'en va. Johnny, c'est la musique de ma jeunesse, les amours de ma jeunesse. J'ai les larmes aux yeux rien que d'en parler», a expliqué à l'AFP, Bernard Dort, un fan de 72 ans, retraité.

Rabia Alia, 48 ans, a elle pris un bus à Nanterre quand elle a entendu à la radio que Johnny était au funérarium. «J'étais en train de prendre mon café et je suis venue direct. Il n'y en avait pas deux comme lui. Ca m'a fait un frisson quand j'ai su qu'il était mort».

(afp/nxp)

Créé: 07.12.2017, 13h09

Galerie photo

Johnny Hallyday accompagné à cette dernière demeure

Johnny Hallyday accompagné à cette dernière demeure Johnny Hallyday, 74 ans, s'est éteint dans la nuit du 5 au 6 décembre 2017. Un hommage national lui a été rendu le 9 décembre à Paris.

Articles en relation

«À 13 ans, je faisais du patin à roulettes avec Johnny au Jardin anglais»

Témoignage François Schürmann fut l’ami d’enfance d’un certain Jean-Philippe Smet, quand celui-ci est venu habiter à Genève, en 1956. Plus...

Le chanteur Johnny Hallyday est mort

Musique Johnny Hallyday est mort dans la nuit de mardi à mercredi à 74 ans, des suites d'un cancer du poumon, a annoncé son épouse Laeticia. Plus...

Johnny Hallyday a résidé en Suisse

Musique Le chanteur français, décédé dans la nuit de mardi à mercredi, a vécu durant plusieurs années dans l'Oberland bernois. Plus...

Johnny Hallyday: poches percées et démêlés fiscaux

Johnny Hallyday s'est éteint à 74 ans. Les questions d'argent l'ont poursuivi toute sa vie. Amateur de voitures et de motos, il menait grand train. Plus...

Anne Cendre : Pour une place Martin Luther à Genève

Rémy Hildebrand: Amis corses souvenez-vous de Rousseau ! Jean-Noël Cuénod: Ma brève passion pour Johnny Hallyday. Philippe Morel: Johnny, merci ! Edouard Cuendet: Grève du Cartel syndical: explication de texte Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Inquiétude chez les employés de TAmedia
Plus...