Flavien Berger, pour laisser couler le temps sur la peau

DisqueLe nouveau fils prodige de la pop hexagonale se met à «Contre-temps», album de délices synthétiques et de chant doux

Flavien Berger, chanteur, compositeur, producteur de ses rêveries pop.

Flavien Berger, chanteur, compositeur, producteur de ses rêveries pop. Image: Juliette Gelli, Maya de Mondragon

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Tu as déjà vécu ça en vrai/alors tu le notes sur la vitre embuée/tu viens de plier la réalité.» A l’entame de «Contre-Temps», troisième album de Flavien Berger, une basse ronde comme une caresse pulse entre les cris feutrés d’une électronique langoureuse. Il y a des synthés clairs qui font des orgues de space opera, des accords scintillants de nostalgie, imitant la voix humaine. Puis un chœur en arrière-plan. Une batterie légère. «Acapulco» rime avec un «kimono» qu’on partage à deux, panorama indolent qui résonne dans «l’air climatisé».

Retour des années 1990. Revivalisme d’une pop synthétique, dansante sans forcer. Voix haute, timbre doux, textes elliptiques, Flavien Berger est le nouveau phénomène pop de la scène hexagonale. Il étonne dans le paysage néo-chose qu’on affectionne aujourd’hui. Pour autant, il ne détonne pas. Plutôt: il passe entre les lignes pour en relever quelques belles esthétiques. Qu’on songe à Étienne Daho (la sensualité distanciée de «Maddy la nuit») et Jean-Louis Murat (le ton nonchalant de «Castlemaure»), à Mathieu Boogaerts (l’apparente fragilité de «Brutalisme») et Philippe Katerine (paroles décalées sur «Rétroglyphes»), voire Camille (la comptine néotraditionnelle de «Medieval Wormhole»). Ou, plus proche de nous, Alex Beaupain et Florent Marchet (new wave rapide sur «À reculons»). Telle est la veine de cet ancien élève en design de l’École de création industrielle, à Paris, venu à la musique en manipulant des consoles de jeux vidéo. «Contre-Temps» offre une synthèse étourdissante des divers styles portés par ses aînés.

Temporalité, sensualité

Flavien Berger est né en 1986, à Saïgon. Il habite désormais Bruxelles, où il a monté avec le collectif Sin un atelier. «Trois étages partagés entre designers et plasticiens, une galerie sur la rue et un lieu de concerts. Ça a duré trois ans. Depuis, si je reste à Bruxelles, c’est par confort de vie: la vie est cool, ça bouge artistiquement.» Flavien Berger, s’il travaille seul la musique, n’est pas un solitaire pour autant: «Des chansons ont été écrites à plusieurs, d’autres compositeurs interviennent çà et là. Je garde les clés du projet, c’est ma manière de m’exprimer.» Soutiendra-t-on que le Berger 2018 est plus aéré que son prédécesseur, «Léviathan», en 2015? Son auteur accepte ce qu’il considère comme un compliment: «Laisser de l’air, éviter la compression, que ce soit large, tels ont été les objectifs. Ce nouveau disque est moins dans l’emphase, plus dans l’oreille. «Contre-Temps» suggère le contact, le «tout contre». C’est la sensualité. C’est aussi le temps comme matière du présent. Un disque filtre le temps. Celui-ci dure une heure, voilà son ADN. Je voulais attraper le temps comme on attrape des souvenirs, en mettant le curseur sur tel ou tel moment. Ce disque est comme un volant de voiture, qui nous dirige, non pas dans l’infini – thème de mon album précédent – mais dans les virages, menant de raccourcis en «rallongis». La voie ainsi ouverte est autre. Si le temps est cyclique, dans ce cycle il y a des répétitions, et des échos.»

«Contre-Temps» Flavien Berger (Sony)

Créé: 03.11.2018, 12h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...