Figure du Conservatoire de Genève, Claude Viala est décédé à l'âge de 95 ans

Musique Directeur de 1970 à 1992, il avait contribué à ouvrir l’institution vers les études universitaires notamment

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Claude Viala, directeur du Conservatoire de musique de Genève de 1970 à 1992, est décédé vendredi 30 décembre dans sa 95e année, ainsi que nous l’a appris Le Temps.

Né en 1921, ce fils de haut fonctionnaire, après des études secondaires au Collège Calvin, suit une formation au sein de l’institution de la place de Neuve, dont il sort avec une virtuosité de violoncelle. C’est dans cette même école que Claude Viala débute comme enseignant, en parallèle à sa carrière d’interprète dans l’Orchestre de la Suisse romande où il devient premier soliste, avant de se consacrer exclusivement à la formation. En 1970, Claude Viala devient directeur du Conservatoire à la suite de Samuel Baud-Bovy, poste qu’il occupe jusqu’en 1992 et l’arrivée de Philippe Dinkel, actuel directeur de la Haute Ecole de musique.

Président du Concours de Genève

Investi dans l’amélioration des conditions de travail des professeurs, Claude Viala participe à la création, en 1971, de la Fédération des écoles de musiques, lorsque le Conservatoire populaire de musique, l’Institut Jaques-Dalcroze et le Conservatoire de musique de Genève sont mandatés par l’État pour assurer la formation musicale dans le canton. Dans un même temps, Claude Viala contribue à la collaboration, nouvelle, avec l’Université de Genève, garantissant au cursus du conservatoire un niveau équivalent à la formation universitaire, concrétisant ainsi une mue en cours: d’une école à l’origine dévolue à l’éducation de la jeunesse locale, le Conservatoire se transforme définitivement en une institution formant des professionnels, gagnant peu à peu une réputation internationale.

En marge de son rôle de directeur, Claude Viala préside le Concours de Genève, œuvrant également comme secrétaire général de l’Association européenne des conservatoires.

Lecteur de Saint-Simon

«Figure intimidante et austère, Claude Viala était une personnalité extrêmement sensible, intelligente et cultivée, se souvient Philippe Dinkel. Sa pudeur posait une autorité faite de distance et d’intégrité.» Grand lecteur de Saint-Simon, Claude Viala était doté d’un sens de l’observation «ironique et féroce». Ses goûts musicaux, enfin, étaient profondément classiques, rappelle Philippe Dinkel: «Le violoncelliste Pierre Fournier restait son grand modèle, qu’il avait invité à enseigner à Genève, tout comme Paul Tortelier. Le répertoire contemporain, cependant, n’était pas en reste. A son initiative, l’institution accueillera des compositeurs tels qu’Henri Dutilleux et Elliott Carter.

Créé: 05.01.2017, 18h48

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...