Euphorique euphonium et autres cuivres réjouis

ConcertsBig band, harmonie, orchestre baroque: la 8e édition du Geneva Brass Festival navigue dans l’histoire des vents.

Le Stockholm Chamber Brass, vedette du 8e Geneva Brass Festival, est attendu le 13 octobre à la salle Frank Martin.

Le Stockholm Chamber Brass, vedette du 8e Geneva Brass Festival, est attendu le 13 octobre à la salle Frank Martin. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Christophe Sturzenegger, directeur artistique, parle du Geneva Brass Festival

Thomas Ruedi est euphoniumiste. Passé par une flopée d’orchestres tous assez prestigieux – Tonhalle Orchester de Zurich, Sinfonieorchester des Bayerischen Rundfunks – ce Bernois a fait de l’euphonium – le tuba ténor, timbre d’une douceur inouïe – son ami pour la vie. Comme cela, on devient virtuose. Et c’est assez fou de le voir souffler une mazurka, un madrigal, une sérénade dans cette chose métallique enroulée en colimaçon.

Crête de punk et cornet à bouquin

Thomas Ruedi est un des meilleurs de sa catégorie. Dimanche 14 octobre, le Geneva Brass Festival, huitième édition, l’invite pour un concert en compagnie de l’Harmonie Nautique, fameux ensemble de la place créé en 1883 pour jouer les tubes de ce qu’on appelle la «grande musique». Ça se passera au Victoria Hall, salle amirale du classique genevois, jadis dévolue aux orchestres à vent.

François Cardey, lui, est Français. Il arbore une crête de punk? Fort bien. Quant à son jeu au cornet à bouquin, ce long serpent de bois courbé utilisé abondamment durant la Renaissance, il tient de la virtuosité la plus complète. Répertoire idoine, XVIIe italien et allemand, pour la formation que François Cardey a fondée il y a cinq ans: l’Ensemble Agamemnon se produira samedi 13 octobre au Musée d’art et d’histoire.

Big up pour le big band!

Quant au Stockholm Chamber Brass, trente ans de carrière, il constitue en quelque sorte l’invité d’honneur du Geneva Brass Festival. Voilà une institution internationale des vents, qui met le même entrain, la même brillance, qu’il s’agisse de musique ancienne, de baroque ou des derniers-nés des compositeurs contemporains. À suivre samedi 13 également, dans la salle Frank Martin.

Compter également avec le Big Up’Band, fine clique de souffleurs issus de la région lacustre, avec piano, guitare, batterie et contrebasse, comme il se doit dans tout big band réglementaire. Ainsi qu’une chanteuse tout à fait épatante, Joanne Gaillard. De Count Basie à Jamiroquai, là encore, le répertoire brasse au plus large. Le Big Up’band ouvre les feux vendredi 12 octobre au Centre des arts de l’École internationale. À noter encore un concert des élèves du Conservatoire populaire, classes de trompettes, trombones et cors, réunis pour une «Symphonie de cuivres», dimanche dans la salle Frank Martin.

8e Geneva Brass Festival du 12 au 14 oct, Victoria Hall, salle Frank Martin, Centre des arts, MAH. Infos: genevabrassfestival.ch

Créé: 11.10.2018, 17h15

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.