Delgres à Antigel, où le blues en rogne le dispute à la variété tout ménage

CritiqueMercredi, dans le cadre charmant de l’Épicentre, à Collonge-Bellerive, le trio faisait un carton quelque peu contrariant.

Delgres en concert sur la scène de l’Épicentre à Collonge-Bellerive, mercredi 6 février, dans le cadre du 9e festival Antigel.

Delgres en concert sur la scène de l’Épicentre à Collonge-Bellerive, mercredi 6 février, dans le cadre du 9e festival Antigel. Image: Cyril Perregaux

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils osent tout et son contraire, les Delgres. Comptabilité finale de leur prestation mercredi à l’Épicentre sous la bannière d’Antigel: un coup, c’est du blues rock à déchausser la statue de Jimmy Page, notes brouillées de saturations, mélodie minimaliste. Le suivant, c’est une biguine du fond des îles, syncopes dansantes et chant de tête invoquant les souffrances d’hier et d’aujourd’hui… Et ça?! Un couplet refrain léger, une chanson pure variété, amour tendresse chaloupé reggae, qu’on dirait écrite pour Christophe Maé.

Sacré Delgres. À peine sa réputation gagnée de nouvelle sensation garage, le créole ajoutant au rustique une tranche épique et militante de culture caraïbe, que le trio se vautre dans la pop tout ménage. Est-ce mal? Les titres phares du premier album, les «Mo Jodi», «Mr Président», «Respecte Nou» gardent sur scène leur caractère frondeur, arc-boutés sur la rythmique guitare batterie avec sousaphone en guise de basse, visuellement spectaculaire. On aimerait entendre le grand cuivre «péter» pour de bon, que la tôle plie enfin. Chose faite, mais en fin de set. Complétée par des samples, la batterie cogne assez pour satisfaire les besoins d’un stade. La guitare? Simple, efficace. Voilà de quoi rouler des mécaniques sur un, deux, trois titres, plus la reprise finale, en créole, de «Whole Lotta Love» de Led Zeppelin. Mais pas sur la durée. Trop d’effets, de réverbération, trop de cette abominable pédale chorus. C’est, alors, le timbre feutré de Pascal Danaë, ses inflexions tristes et belles, que l’on retiendra pour le futur. Delgres en concert: on voulait le blues en rogne, on découvre un chanteur de ballades, parfois rocker. (TDG)

Créé: 07.02.2019, 18h06

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Claude Goretta
Plus...