Deep Purple, le blues des années 70 jusqu’à la retraite

Critique Pour sa dernière tournée, le groupe anglais faisait étape samedi à l’Arena. Service énergique, sans surprise ni déplaisir.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Deep Purple, Arena, samedi 20 mai. Combien de fois a-t-on vu le groupe anglais ici, ou ailleurs dans les festivals romands? Cette fois, les pères du hard rock annoncent leur retraite: dernier album, derniers concerts. Ou serait-ce de faux adieux? «The Long Goodbye Tour» n’en dira pas plus, sinon que ce sera «long».

Il y a beaucoup d’hommes, ce soir-là. La salle n’affiche pas complet mais l’envie y est. Ce sont des visages rigolards, des groupes masculins commandant leur tournée générale, un défilé de t-shirts sombres à l’effigie des figures historiques du hard. Manifestations de goûts particuliers acquis lorsqu’on était jeune. Et s’il n’est plus temps de retenir les débordements abdominaux, certains ont encore quelques belles tignasses de rockers.

Mais passons les détails. Deep Purple a entamé son premier titre, Time For Bedlam, qui ouvre le 20e et ultime album, InFinite, paru en 2017. Gros son et claviers pompeux. Efficace pour le moins. Suit Fireball, de 1971. Autrement meilleur, même quarante-six ans plus tard. Et Ian Gillan, chanteur historique du groupe, de faire bonne figure: le timbre s’est alourdi, mais les aigus montent encore haut. A ses côtés, Roger Glover, à la basse, reste imperturbable. On n’apercevra guère Ian Paice, lui aussi présent depuis toujours, mais on l’entendra battre les fûts comme un beau diable. De fait, ce sont bien les «nouveaux», le guitariste Steve Morse, vingt ans de scène avec Deep Purple, et Don Airey, dernier venu, qui font le show avec Ian Gillan. Où le groupe tente, une fois encore, de réunir les deux phases de son répertoire. Ce qui est advenu depuis Perfect Strangers en 1984, soit du hard rock FM. Et les années 1970, marquées par un blues puissant, orgue Hammond saturé et rythmique lourde, période des Lazy, Space Truckin’ et Smoke On The Water qui donne, aujourd’hui encore, la chair des concerts de Deep Purple.

(TDG)

Créé: 21.05.2017, 20h43

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les insectes débarquent dans nos assiettes
Plus...