Passer au contenu principal

De Bach à Gervasoni, le périple de trois archets

Les Swiss Chamber Concerts réunissent à Genève Ilya Gringolts, Lawrence Power et Daniel Haefliger pour une escapade stimulante.

Le violoniste russe Ilya Gringolts poursuit sa collaboration avec les Swiss Chamber Concerts.
Le violoniste russe Ilya Gringolts poursuit sa collaboration avec les Swiss Chamber Concerts.
MATS BAECKER

On peut redessiner tout un monde, avec douze cordes et trois archets. On peut aussi voyager à travers les siècles et cheminer sans encombre entre des esthétiques et des styles disparates. C’est de cette folle liberté que peu d’expressions artistiques permettent qu’il sera question mercredi entre les murs boisés du Studio Ernest-Ansermet. En s’y rendant, le mélomane se frottera à un trio d’interprètes qui évoluent le plus souvent dans des carrières personnelles et qui sont ici réunis dans une formation de chambre, placée sous la houlette des Swiss Chamber Concerts et de leur programme consacré aux solistes. Le violoncelliste Daniel Haefliger – fondateur et directeur de cette entité helvétique – sera de l’aventure, épaulé par l’altiste Lawrence Power et par le violoniste Ilya Gringolts. Le programme? Un périple qui avancera sans entraves et qui mènera le trio depuis les contrées baroques jusqu’aux pulsations musicales d’aujourd’hui.

Et comme toujours, lorsqu’il est question des Swiss Chamber Concerts, les créations ou les premières nationales occupent une partie importante de l’affiche. Cela débute avec la série de «Préludes et fugues» de Bach dans la transcription spécialement élaborée par Daniel Haefliger: elle sera présentée en première mondiale à Genève. Plus loin, voilà encore un ouvrage inédit en Suisse, le «Duet for Eight Strings» de l’Anglais Harrison Birtwistle. Enfin, la création d’une commende, «Abri», du compositeur italien Stefano Gervasoni.

«Cette pièce, nous ne l’avons pas encore explorée ensemble en répétition, note par téléphone Ilya Gringolts. En étudiant la partition, j’en ai cependant apprécié la beauté particulière, ses traits qui font allusion parfois à des courants musicaux anciens. J’ai aussi mesuré combien elle est compliquée à jouer par endroits.»

Pour dompter ces obstacles, le musicien russe retrouvera à Genève des complices avec lesquels il collabore régulièrement. «Lawrence Power enseigne, comme moi, à la Haute École des arts de Zurich. Nous nous connaissons depuis longtemps. Quant à Daniel Haefliger, un jour, il y a quelques années, il m’a envoyé un message me demandant d’intégrer les projets des Swiss Chamber Concerts. Les programmes musicaux proposés m’ont séduit tout de suite, surtout en ce qu’ils me permettaient de côtoyer les territoires contemporains et leurs créateurs. Et puis je suis attaché à cette étendue qui s’offre à vous lorsque vous faites de la musique de chambre. L’idée de se réunir entre complices et de créer ensemble quelque chose qui n’existait pas quelques minutes auparavant continue de me séduire.»

----------

Swiss Chamber Soloists

Avec Ily Gringolts (violon), Lawrence Power (alto), Daniel Haefliger (violoncelle), Studio Ernest-Ansermet, mercredi 11 décembre à 20h Plus de renseignement sur: swisschamberconcerts.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.