András Schiff, chef et pianiste empreint de noblesse

Verbier FestivalLe public lui a réservé une longue «standing ovation», la première de la cuvée en cours aux Combins.

András Schiff, majestueux au piano et à la direction.

András Schiff, majestueux au piano et à la direction. Image: Aline Paley

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«J’ai imaginé un programme à la fois exigeant et divertissant», nous confiait il y a quelques jours András Schiff sur les hauteurs de Verbier. A quelques minutes de son concert dans la salle des Combins, une vidéo a rappelé au public cette même intention: sourire espiègle, ton amusé, le pianiste d’origine hongroise a fait son apparition sur les grands écrans pour inviter les spectateurs présents à cueillir la double nature des œuvres à l’affiche, sérieuses certes, mais aussi rafraîchissantes. Deux heures plus tard, on a quitté les lieux dans un état de suspension rare, subjugué par l’élégance et la fermeté avec laquelle le musicien est parvenu à garder ce double cap. De sorte qu’aujourd’hui, on peut considérer son passage dans la station valaisanne comme le fait le plus marquant de la première semaine du festival. Le public ne s’y est pas trompé, d’ailleurs, en lui réservant une longue standing ovation, la première de la cuvée en cours aux Combins.

Mais reprenons le fil du concert. Pour dire tout d’abord combien le pianiste a fait preuve d’aisance aussi dans le rôle de chef, en guidant d’une gestique sobre et arrondie l’Orchestre de chambre de Verbier. Il fallait le voir s’engouffrer tel un lutin dans le Concerto pour piano BWV 1052 de Bach. Tantôt assis pour dévaler les premières pentes de l’«Allegro», tout en retenue, avec un goût pour la clarté et la souplesse des phrasés. Tantôt debout pour donner en toute simplicité les attaques, sans jamais excéder dans le démonstratif. Son éloquence, son toucher si arrondi, l’absence quasi totale de recours à la pédale – sur un Bösendorfer dont les sonorités soyeuses lui vont comme un gant – ont enluminé l’œuvre.

Plus tard, cet homme, traversé par un grand sens de la discrétion, a fait mentir les apparences. Dans la Symphonie N° 88 de Haydn, Schiff a insufflé la juste tension à un orchestre campé sur des tempi alertes et dans des textures qui rappellent les meilleurs ensembles baroques. Netteté des lignes et esprit conquérant, donc: l’«Allegro con spirito» final a pris des allures de petit feu d’artifice jouissif. Et dans cet accomplissement, il faudrait souligner tout ce que le premier violon, Roberto Gonzalez, apporte à l’orchestre. Son engagement physique, son enthousiasme communicatif dans les attaques et dans la gestion des dynamiques est un atout crucial qui fait du bien à tous les pupitres.

Pour terminer une prestation qui a côtoyé la perfection, András Schiff s’est penché sur la Concerto N° 5 op.73, dit l’«Empereur», de Beethoven. Avec un même sens de l’éloquence et du raffinement. Voilà une soirée qui marquera les annales du festival. Rocco Zacheo

Verbier Festival Jusqu’au 7 août.
Rens. www.verbierfestival.com

Créé: 29.07.2016, 22h23

Articles en relation

András Schiff, la grâce pianistique en majesté

Verbier Festival Elégant et mesuré dans la vie, éloquent et fluide sur la scène, le musicien d’origine hongroise est un des grands invités du festival. Rencontre. Plus...

Les masterclasses, tremplin musical?

Verbier festival Suivis par quarante jeunes musiciens, les cours donnés par des artistes confirmés sont un must. Pour quels résultats? Plus...

A Verbier, le classique dans ses mille nuances

Festival Au Valais, les destins artistiques insolites côtoient ceux des stars. Reportage. Plus...

Daniel Harding, prodige et pédagogue à Verbier

Classique Alors que le festival valaisan ouvre ses portes, le chef guide de jeunes pousses. Entretien. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Genève: les communes les plus riches ont le plus de chiens
Plus...