L’AMR met le jazz genevois en vitrine depuis plus de trente ans

ConcertsOrganisé par les musiciens eux-mêmes, l’AMR Jazz Festival reste un cas unique en son genre

Le saxophoniste Gary Bartz jouera vendredi à l’AMR.

Le saxophoniste Gary Bartz jouera vendredi à l’AMR. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le pianiste Craig Taborn ce mardi soir, le saxophoniste Gary Bartz vendredi ou encore le tromboniste Ray Anderson samedi? Avec pareilles vedettes internationales, le 34e AMR Jazz Festival propose juste ce qu’il faut de prestige pour faire parler de lui. Et mettre en lumière les musiciens du cru. Dans l’ordre, dès mardi et jusqu’à dimanche, on appréciera les talents maisons que sont Manuel Gesseney, Contro Vento, Antoine Thouvenin, Basel Rajoub, Mathieu Rossignelly tout comme Maël Godinat et son groupe Trionyx. Les jazzmen locaux, voilà la chair d’un festival unique en son genre, qui a pour particularité d’être programmé par les musiciens eux-mêmes, rassemblé dans l’association AMR. Un fonctionnement vieux de plus de trente ans, qui se nourrit essentiellement de la scène locale, mais aussi, a contrario, des vedettes internationales. Vedettes dont à besoin la scène locale pour faire des émules dans ses rangs.

«De ce point de vue, la belle époque, c’était, encore dans les années 1990, lorsque venaient jouer en Suisse les Mingus, Sun Ra Orchestra et autres Pharoah Sanders, disparus aujourd’hui, expliquent Brooks Giger, contrebassiste, et Martin Wisard, saxophoniste, investis tous deux dans la programmation du festival. De tels concerts ont marqué les musiciens locaux, c’était une musique vivante, plutôt risquée.» Qu’en reste-t-il en 2015? «Des jazzmen fameux, il y a en beaucoup moins, qui tournent peu et coûtent très cher. Wayne Shorter, par exemple. On aimerait bien qu’ils vienne au festival, mais ça n’aurait pas de sens de le proposer dans notre salle de 180 places.»

«Intégrité musicale»
Si l’AMR Jazz Festival fait parfois des «entorses» en matière de cachet, ainsi de John Scofield en 2013, son objectif reste avant tout la défense d’une «intégrité musicale»: «Sans prétention de notre part, nous sommes les seuls à inviter les Norvégiens du trio Kuara (à suivre mercredi 25 mars), des artistes que nous avons programmés devant 50 personnes l’an passé, et que nous trouvons superbe. Kuara n’est pas tant médiatisé, mais représente une forme de musique importante».

Plutôt que de tabler sur la notoriété de quelques têtes d’affiche omniprésentes, ou faute de pouvoir se les payer, l’AMR Jazz Festival défend son rôle de découvreur, qu’il s’agisse de talents locaux ou internationaux.

34e AMR Jazz Festival Au Sud des Alpes, rue des Alpes 10, du mardi 24 au samedi 28 mars à 20 h 30, dimanche 29 mars à 19 h 30. Infos: amr-geneve.ch (TDG)

Créé: 23.03.2015, 20h15

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La révolte des gilets jaunes
Plus...