Aksham, chanson jazz au crépuscule

DisqueElina Duni, Marc Perrenoud et David Enhco mêlent leurs goûts du mélodique bien pesé dans un album aux saveurs mélancoliques, avec une touche humoristique.

Aksham, le «crépuscule» en turc, quintet franco-suisse à trois compositeurs, deux solistes: Au chant, Elina Duni, à la trompette, David Enhco, au piano, Marc Perrenoud, Florent Nisse à la contrebasse, Fred Pasqua à la batterie.

Aksham, le «crépuscule» en turc, quintet franco-suisse à trois compositeurs, deux solistes: Au chant, Elina Duni, à la trompette, David Enhco, au piano, Marc Perrenoud, Florent Nisse à la contrebasse, Fred Pasqua à la batterie. Image: Lili Roze

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Dans ma chambre chaotique, j’étale ma mélancolie, celle de ceux qui ont l’frigo plein, celle de ceux qui s’ennuient.» On allait sombrer dans ce «Spleen» aussi magnifique qu’incurable. Voilà que ce «frigo» délicieux nous sauve in extremis. Dès lors, c’est grand joie que de s’abandonner au rythme joyeux qui porte la mélodie, avant que ne débarque un trait de samba lorsque la trompette s’immisce dans le couplet jazz.

Pour faire passer l’humeur, comme on disait jadis, rien de plus efficace qu’une chanson. Telle est la sympathique leçon prodiguée par Aksham, nouveau combo franco-suisse emmené par trois têtes bien connues. Où l’on retrouve Elina Duni, la solaire et néanmoins pensive Albanaise du bout du lac. Si mélancolie il y a, c’est à elle de lui choisir ses couleurs. Elina Duni, toujours en partance, de son Albanie natale vers un autre pays montagneux. Hier à Zurich, aujourd’hui à Londres. Triangulation urbaine pour une mise sous tension vocale d’un projet résolument européen.

Gravité sans pesanteur

Son compère et frère d’armes, autre figure du bout du lac, le pianiste Marc Perrenoud, passe les plats avec l’élégance du patron partageur. S’il faut chauffer, il chauffe, découper fin, il affine. Elina et Marc, la liaison remonte à l’enfance de l’art. Les deux musiciens ont certes partagé la scène régulièrement, en duo notamment. Mais il y a vingt de cela, quand tous deux achevaient leur maturité, collège De Saussure, section artistique musique, leur vint l’idée de jouer ensemble. Admettons qu’enfin, c’est fait. Quant au troisième passager de ce bâtiment cherchant le vent au doigt (on a beau dire que c’est de la chanson, l’impro jazz reste un élément clé), celui-là joue également le rôle de soliste: le trompettiste David Enhco fait montre d’une virtuosité telle qu’il appartient aux quelques élus capables de jouer grave sans perdre le son. David Enhco, qu’on a vu il y a quelques années de cela aux côtés de Marc Perrenoud, partage désormais avec ses compères helvétiques écriture et composition au sein d’Aksham. Enfin, n’oublions pas les «sidemen»: Florent Nisse à la contrebasse et Fred Pasqua à la batterie complètent ce qui, au final, constitue un quintet.

Qu’on l’écoute encore, cet Aksham – le «crépuscule», en turc. Le choix d’Elina Duni, qui fait ici un clin d’œil à son propre répertoire, où les chansons albanaises gardent une place centrale. Elina qui nous dit: «Aksham, le mot sonne très bien, qui appartient également au dialecte albanais, ailleurs encore comme en Macédoine.» Et puis tout ce qu’évoque le crépuscule: «Ce moment incroyable, indéfini, mystérieux, qui dure si peu de temps.» Elina Duni, dont on n’entendra rien, ici, des inspirations de son pays natal: «En quartet, comme en solo, j’ai beaucoup expérimenté dans la mélancolie, dans la douleur. J’ai encore envie d’évoquer des choses graves, mais sans que ce soit grave dans la forme, plutôt avec humour, seul à même de nous éviter le ton moralisateur.» Ainsi de «Spleen» présenté plus haut. Ainsi d’«Étrange Étranger», du très Gainsbourgien «L’Automne» ou «Soleils Couchants» sur un texte de Verlaine.

L’Europe devant

En fondant Aksham, il s’agissait de créer un projet qui ne reflète aucune des tendances développées ailleurs par chacun de ses membres. «Tout groupe qui débute laisse une liberté fantastique, s’enthousiasme Marc Perrenoud. C’est de la chanson, et ça reste du jazz. Dès lors, le disque doit être léché, tendre vers la perfection. Le disque a valeur de vitrine. Le grain de folie, c’est pour le live.»

Aksham débute sous les meilleurs auspices. Une structure importante veille à sa diffusion, via le label Moose, propriété de David Enhco. Tandis que son territoire de base comprend de facto la France et la Suisse, patries dont sont originaires les musiciens.

«Aksham» Moose Productions. En concert le 8 avril, au Cully Jazz Festival. (TDG)

Créé: 08.02.2019, 19h01

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

France: une amende de 3,7 milliards d'euros pour UBS
Plus...