Abdullah Ibrahim, pianiste épris de cuivres

ConcertL’électron libre du jazz, figure historique de la scène sud-africaine, est attendu au Victoria Hall jeudi 30 janvier.

Abdullah Ibrahim, alias Dollar Brand, 85 ans, pianiste de jazz sud-africain, également saxophoniste.

Abdullah Ibrahim, alias Dollar Brand, 85 ans, pianiste de jazz sud-africain, également saxophoniste. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il est apparu dans les années60, pour se profiler en attachant outsider de la scène jazz internationale, signant à ses débuts d’un énigmatique «Dollar Brand». Initiateur d’un mouvement propre à sa ville natale de Cape Town, le «Cape jazz», le pianiste fera une part importante de sa carrière aux États-Unis, dès la fin des années70. Témoigne de cette époque marquée par une intense créativité le fascinant «Journey», album largement doté en cuivres, mariant calypso, free jazz et rythmes répétés en boucle. Une nouvelle signature s’imposait alors à l’artiste: pour les quarante années à venir, Adolph Johannes Brand, de son vrai nom, serait Abdullah Ibrahim. C’était encore le cas lorsque paraissait en 2019 son dernier album en date, le septantième environ, intitulé «The Balance». Comme lorsqu’il se présente en concert, et tel sera le cas ce jeudi 30janvier au Victoria Hall.

De l'importance du collectif

«The Balance», où les cuivres tiennent la vedette, tandis qu’Adbullah Ibrahim reste le plus souvent en retrait, plaquant quelques brefs accords en guise de cadre, comme un dessinateur dresserait un portrait d’un ou deux traits épars. On ne se fâchera pas trop d’entendre si peu le pianiste; il y a six ans, sur «The Song Is My Story», Abdullah Ibrahim se lâchait dans une longue suite en solo, à peine effleurée d’un sax dont il joue lui-même. Cette fois, cependant, c’est bien le collectif qui compte.

Au Victoria Hall, Abdullah Ibrahim, 85 ans, jouera avec cette formation qui le suit depuis les années80, Ekaya: le contrebassiste Beldon Bullock, le batteur George Gray, ainsi qu’une solide section de souffleurs, Cleave Guyton au sax alto, Keith Loftis au ténor, Jason Marsh au baryton et Andrae Murchison au trombone.

Créé: 28.01.2020, 18h32

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Selon Hodgers, les récentes votations bloqueront la construction de 20.000 logements
Plus...