Renaud Capuçon déprogrammé du festival de Saint-Prex

PolémiqueLe directeur du festival de Montreux empêche le célèbre violoniste de se produire au St-Prex Classics pour clause de concurrence territoriale.

Renaud Capuçon ici en compagnie de son épouse Laurence Ferrarri au festival de Cannes.

Renaud Capuçon ici en compagnie de son épouse Laurence Ferrarri au festival de Cannes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les festivals ne se déroulent pas toujours sur un lit de roses et dans la bonne humeur. Preuve en est le différend qui agite celui de St Prex et le Septembre musical de Montreux-Vevey. La nouvelle qui tourmente le St Pex Classics fait bondir sa directrice Hazeline Van Swaay Hoog.

«Nous allons devoir remplacer le violoniste Renaud Capuçon pour le concert avec la contralto Nathalie Stutzmann et la pianiste Inger Södergren, le 24 août prochain», se désole l’organisatrice.

«Tobias Richter, directeur du Grand Théâtre de Genève et du Septembre musical de Montreux stipule dans ses engagements d’artistes qu’ils ne doivent pas jouer sur un territoire inférieur à 200 kilomètres, pendant 6 mois. Et comme il avait aussi invité Renaud Capuçon à Montreux, il lui a dit que s’il ne renonçait pas à St Prex, il devrait annuler son invitation au Septembre musical.»

Deux poids, deux mesures

«C’est d’autant plus incompréhensible que le violoniste passe aussi à Verbier le 24 juillet, le 26 à Gstaad, et le 16 octobre à Martigny, notamment. Et que pour ces rendez-vous, Tobias Richter ne pose pas de problèmes. Il y a de toute évidence deux poids deux mesures…»

«Nous avons déjà eu un problème l’an passé pour un récital de Diana Damrau auquel nous avons renoncé par courtoisie, alors qu’elle chantait à Genève 8 mois plus tard. J’ai personnellement le sentiment que notre succès grandissant commence à déstabiliser Tobias Richter.»

La manifestation vaudoise ayant, en huit années d’existence seulement, acquis une réputation et une puissance de programmation étonnantes, on pourra y entendre, sur près de deux semaines, des grandes pointures musicales et chorégraphiques, entre le 20 août et le 1er septembre. Un mélange des genres qui plaît, sous la tente Luna et sur le site du Vieux-Bourg.

Pour Brigitte Waridel, responsable du service de la culture du canton de Vaud, ce conflit est regrettable. «Il n’est absolument pas de notre ressort ni de nos compétences d’intervenir dans les contrats. Mais nous aimerions pouvoir aider les discussions entre les intervenants. L’offre de médiation que nous avons proposée n’a pas été suivie d’effets. La complémentarité des deux manifestations vaudoises devrait être un stimulant plus qu’un obstacle, même si je comprends que les temps sont difficiles pour tous, et que la concurrence est rude. Il n’est pas dans nos habitudes de sanctionner financièrement qui que ce soit. Les 10 000 francs que le Canton octroie à St Prex et les 65 000 francs pour Montreux ne sont pas remis en cause.»

Capuçon zen

Du côté de Renaud Capuçon, pas de souci à l’horizon. «Je n’ai pas de problème particulier avec ce genre de décision. S’il y a un problème d’exclusivité entre les deux festivals, ils doivent s’arranger entre eux. Je suis heureux de jouer dans les deux cas. Je regrette s’il y a une incompatibilité de choix, mais je comprends et respecte les arguments de chacun.»

L’intéressé se défend pour sa part avec véhémence. «Ce n’est pas mon problème si Madame Van Swaay Hoog ne connaît pas les règles élémentaires du métier. Dans tous les festivals ou opéras du monde, on se renseigne sur les programmations voisines d’artistes, et on essaye d’éviter de se concurrencer. J’ai pour ma part toujours respecté ces coutumes. Et j’ai aussi des partenariats avec Verbier, Gstaad ou Lucerne notamment pour que nous nous entendions en cas de musiciens communs. Cela n’a jamais posé de problèmes. Ce n’est pas parce qu’elle obtient de l’argent et qu’elle n’est pas professionnelle de la musique, qu’Hazeline peut oublier les pratiques en vigueur. Quant à la médiation, je n’ai eu aucun contact avec Brigitte Waridel, qui ne m’a pas sollicité personnellement.» (TDG)

Créé: 11.06.2013, 17h38

Articles en relation

John Malkovich au St-Prex Classics

Festival La 8e édition du St-Prex Classics propose 17 concerts du 20 août au 1er septembre. Plus...

Star du violon, Renaud Capuçon enseignera à Lausanne

Musique Le virtuose français, mari de Laurence Ferrari à la ville, succédera à Pierre Amoyal en tant que professeur au conservatoire de Lausanne. Plus...

Tobias Richter, directeur du Grand Théâtre de Genève et du Septembre musical de Montreux stipule dans ses engagements d’artistes qu’ils ne doivent pas jouer sur un territoire inférieur à 200 kilomètres, pendant 6 mois. Et comme il avait aussi invité Renaud Capuçon à Montreux, il lui a dit que s’il ne renonçait pas à St Prex, il devrait annuler son invitation au Septembre musical. (Image: Vogelsang)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'affaire Maudet inquiète jusqu'à Berne
Plus...