«Le grand orgue de Notre-Dame est extraordinaire»

PatrimoineLe musicien Vincent Thévenaz a joué sur l’instrument parisien qui semble ne pas avoir souffert de l'incendie. Il livre ses souvenirs et son appréciation.

Détail du grand orgue de Notre-Dame de Paris.

Détail du grand orgue de Notre-Dame de Paris. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est un monument dans le monument, qui toise la nef depuis les hauteurs de la cathédrale, avec ses 8 000 tuyaux, ses 130 jeux et ses cinq claviers. Le grand orgue de Notre-Dame est un incontournable qui participe depuis des siècles à la renommée de ces hauts lieux de l’art et de l’architecture gothique.

Au lendemain de l’incendie qui a ravagé la cathédrale parisienne, les regards se tournent aussi vers ce joyau dont les pièces plus anciennes remontent au XVe siècle, pour savoir si les flammes l’ont épargné. Pour l’heure, les techniciens chargés de l’instrument affichent un optimisme mesuré: les premières observations montrent qu’il n’a visiblement pas souffert et qu’il a été préservé aussi des écoulements d’eau, grâce à la présence d’une dalle de couverture placée entre les tours de la cathédrale.

Dans l’attente d’un diagnostic plus affiné, Vincent Thévenaz se dit en partie soulagé. Titulaire des orgues de la cathédrale de Saint-Pierre à Genève, le musicien connaît bien l’instrument parisien. Il y a deux saisons, il a été invité à se produire à Notre-Dame dans le cadre des concerts mis à l’affiche chaque année. Quels souvenirs garde-t-il de l’événement? «Ceux d’un moment extraordinaire, car cela n’arrive pas tous les jours d’être suspendu à une vingtaine de mètres et de remplir des lieux aussi chargés d’histoire avec un instrument aussi puissant.»

Est-ce que la réputation qui accompagne l’instrument est justifiée? A-t-on véritablement affaire à une des meilleures orgues de la planète, comme beaucoup le soutiennent? L’artiste a un avis plus nuancé. «L’orgue de Notre-Dame est le plus grand de France, c’est un fait qu’on ne peut pas discuter. Cependant, il présente la particularité d’offrir à celui qui le joue depuis la tribune un très gros son, qui n’est pas du tout aussi puissant en contrebas, dans la nef. En tant que musicien, on travaille alors les grandes masses plus qu’on ne soigne les détails.»

Sur quoi repose encore le mythe de cet instrument? Pour Vincent Thévenaz, il n’y a pas de doutes: sur les lieux qui l’abritent, avant tout. Mais aussi sur ces grands interprètes qui en ont magnifié les qualités. «Il faut savoir que jusqu’à la fin du XIXe siècle, l’organiste n’avait aucune espèce d’importance artistique. C’est avec la nomination de l’extraordinaire Louis Vierne, qui est resté au poste de musicien titulaire de l’orgue de 1900 à 1937, que tout a vraiment commencé. Plus tard, d’autres figures ont contribué à façonner la réputation de l’orgue. Ce fut surtout le cas de Pierre Cochereau, qui, entre 1954 et 1984, a permis à des centaines de milliers de passionnés et de curieux de découvrir l’objet et les grandes compositions qui lui sont consacrées, au travers de concerts inoubliables.»

Créé: 16.04.2019, 13h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

30 avions de Swiss immobilisés pour des problèmes de moteur
Plus...