Le Swiss Chamber Concerts entame une exploration musicale à travers les époques

ClassiqueLa saison de cette entité itinérante débute à Genève avec une escapade stimulante chez Rachmaninov, Bartók et Nik Bärtsch

Daniel Haefliger, fondateur et directeur artistique du Swiss Chamber Concerts.

Daniel Haefliger, fondateur et directeur artistique du Swiss Chamber Concerts. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Notre saison, c’est de la musique de chambre dans tous ses états.» Fondateur en 1999 du Swiss Chamber Soloists - ensemble dont il assure depuis la direction artistique -, Daniel Haefliger résume ainsi, avec un goût certain de la concision, les traits distinctifs de son projet musical. Dix-huit ans après les premiers pas de la formation et de l’entité qui la chapeaute (le Swiss Chamber Concerts), l’envergure de cette aventure pourrait tenir en quelques chiffres éclatants: garnie de 600 concerts et de 120 créations mondiales, l’histoire en question a fait la preuve de sa solidité et de sa pertinence dans le paysage helvétique. Mais au-delà du quantitatif, l’ensemble s’est aussi distingué, saison après saison, avec des escapades stimulantes, dans des territoires musicaux éloignés, dans des époques tout aussi disparates. A Lugano ou Bâle, à Zurich ou à Genève, le public a ainsi pu goûter à des œuvres du répertoire baroque et à des pièces à peine sorties de la plume de compositeurs vivants; il a pu approcher des bijoux de l’âge classique et retrouver des incontournables du XXe siècle.

Cette signature, on la retrouve dans la saison qui ouvre ses portes ce soir à Genève, en compagnie des sœurs pianistes Ufuk et Bahar Dördüncü et des percussionnistes Philippe Spiesser et Sébastien Cordier. Avec ce premier événement, voilà donc une «Barcarolle» de Rachmaninov - celle de la Suite N°1 op.5 - côtoyer la Sonate pour deux pianos et percussions de Bartók. Et pour clore, voilà aussi Rofu, Ritual for two pianos et percussinists du quadragénaire Zurichois Nik Bärtsch. Quel lien unit ces mets musicaux? «Bärtsch est un compositeur marqué par la vague minimaliste américaine, et en particulier par John Adams, note Daniel Haefliger. Mais il colore son esthétique par des touches de funk. Cette œuvre de cinquante minutes, que nous présentons avec l’ensemble genevois Makrokosmos, nous la plaçons en résonance et en écho avec les thèmes répétitifs de la «Barcarolle». Quant à Bartók, on peut dire qu’il est inscrit dans notre patrimoine génétique. Sa pièce avance avec des mouvements de bascule qui poussent les pianos vers la percussion et les percussions vers une dimension mélodique.»

La suite de la saison se décline à travers six autres concerts tout aussi baroudeur à travers les styles et les époques. Trois albums y seront vernis et des compositeurs d’hier et d’avant-hier (de Brahms à Richard Strauss, de Telemann à Zelenka, en passant par Vivaldi et Dowland) surgiront aux côtés de figures d’aujourd’hui comme Heinz Holliger, David Philip Hefti ou Kalevi Ensio Aho.

Relevons encore la première sortie officielle du Swiss Chamber Camerata (le 7 déc.), composé par une sélection de musiciens qui suivent les académies mises en place par Daniel Haefliger.

Swiss Chamber Concerts, Studio Ernest Ansermet sa 7 oct. à 20 h. Avec l’Ensemble Makrokosmos, Ufuk et Bahar Dördüncü (pianos), Philippe Spiesser et Sébastien Cordier (percussions). Rens. sur www.swisschaberconcerts.ch

(TDG)

Créé: 06.10.2017, 15h40

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Berne offre un milliard à Sion 2026
Plus...