La programmation de Paléo 2017 démarre fort puis se dégonfle

42e Paléo FestivalRed Hot Chili Peppers, Arcade Fire, Jamiroquai, Renaud, Manu Chao, Black M... Le programme sous la loupe de notre critique musical.

La programmation du Paléo 2017 démarre fort... puis se dégonfle.

La programmation du Paléo 2017 démarre fort... puis se dégonfle. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au premier coup d’œil, l'effet est spectaculaire: mardi 18 juillet, en ouverture du 42e Paléo, Red Hot Chili Peppers s'en viendra allumer l'Asse, le funk rock des Californiens en guise de rappel des troupes. On imagine d'entrée ce que les organisateurs ont eu à débourser pour alpaguer pareil mammouth des stades. C'est, sans conteste, le grand coup du festival nyonnais. Voire le plus grand coup de son histoire. Résolument, une pub gigantesque, un carton plein assuré.

Et puis Arcade Fire le lendemain, dame, ça vous met une manifestation sur la carte mondiale des open air branchés! Win Butler et sa troupe, joyau canadien du rock indie devenu le chouchou du showbiz pop, voilà une prise de choix pour Paléo, qui remplit presto son cahier des charges: il faut du gros, du lourd pour mettre en orbite l'événement préféré des Romands, cette populaire grand messe estivale que l'ont suit les yeux fermés.

Le règne des stars instantanées

Et après? Jamiroquai et Justice sont attendus jeudi, Black M vendredi, Christophe Maé et Renaud samedi, puis encore Manu Chao dimanche. En comparaison des géants cités plus haut, l'affiche perd subitement du poids et se dégonfle. Elles sont toutes populaires, ces vedettes estivales? Elles fleurent bon le déjà-vu, elles suintent la paresse musicale. Nombres d'entres elles ont été programmées l'année durant dans les salles du pays. Les autres appartiennent plus sûrement au passé qu'à l'avant-garde. Mais Paléo s'en fiche, qui sait combien les goûts du public sont enracinés Et puis, tout ce beau monde est en tournée cet été, il n'y a pas mille choix possibles.

Ce qui donne sa chair au festival est ailleurs. Si Paléo a inscrit Macklemore & Ryan Lewis tout en haut de l'affiche du vendredi, c'est qu'il intéresse les plus jeunes, cette génération de 20 ans et quelque que le festival doit capter et retenir. Voilà un duo de rap américain encore inconnu il y a deux ans, dont la gloire subite a été gagnée grâce à l'impact des vidéos clips. Des groupes de scène expérimentés, la mode passe inexorablement aux stars instantanées, aux phénomènes volatils nés sur la Toile. Et l'on ne sait encore comment ces derniers tiennent face au public.

Paléo, pour garder sa ligne diversifiée, s'ouvre à de nouvelles tendances. Lourd ou léger, consensuel ou rebelle, le rap fournit un pan considérable de la programmation, De Vlad à Keny Arkana, de Nova Twins à KillASon. Idem de l'électronique: fi des Guetta sans âme, place aux artistes plus pointus, Petit Biscuit tintinnabulant, Len Sander évanescente ou Rone épique. La tendance est à la mélodie pop, le refrain séduisant. Paléo reflète les goûts actuels d'une audience jeune, qui se balade volontiers d'un genre à l'autre.

Une surprise venue du Liban

Et le rock? Dans la foulée des Red Hot Chili Peppers mardi, il devait rester encore quelques sous pour engager de solides rockers. Voici donc les Foals, Inspector Cluzo, Alice Roosevelt et Foreign Diplomats. Sans oublier le projet jazz punk du chanteur de dEUS, Taxiwars. Notez encore la soirée du mercredi, qui aligne, outre les Pixies, les petits génies du revivalisme psyché anglais, The Temples. Et, chose curieuse, le retour de Midnight Oil, fleuron australien du rock militant des années 1980.

Un dernier coup d’œil, sur le dimanche. Jour sans fin meublé entre classique pour tous (l'Orchestre de chambre de Genève dans ses "tubes"), comique pour tous (Michaël Gregorio imite les stars de la chanson) et la world pour tous (Manu Chao chantera-t-il Clandestino avec ou sans bonnet péruvien?). Et là, au milieu, surprise: Bachar Mar-Khalifé, multi-instrumentiste franco-libanais, auteur d'une oeuvre à cheval sur le classique, le jazz, les musiques traditionnelles et la pop, jouera The Water Wheel, pièce musicale commissionnée par Paléo. Que voilà tout soudainement bien inspiré.

Billets disponibles dès le 5 avril à midi. Gageons qu'il y aura, cette fois encore, de la clientèle au portillon.

42e Paléo, du 18 au 23 juillet. Infos: paleo.ch (TDG)

Créé: 28.03.2017, 10h59

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Scrutin annulé: Pagani vilipendé
Plus...