«Je chante Johnny dans le respect»

RencontreJean-Baptiste Guégan a la voix de Johnny Hallyday. Il se confie sur la dangerosité de s’attaquer au mythe, avant son concert à Sion le 12 juillet.

Star du petit écran, Jean-Baptiste Guégan a remporté le concours télévisé «La France a un incroyable talent» en 2018.

Star du petit écran, Jean-Baptiste Guégan a remporté le concours télévisé «La France a un incroyable talent» en 2018. Image: YANN ETESSE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Depuis la mort de Johnny, tout s’est accéléré, le projet a pris une ampleur énorme.» En mai dernier à Lausanne, dans les coulisses de la Salle Métropole à quelques minutes de son show, Jean-Baptiste Guégan n’en croit toujours pas ses yeux. Et les fans de Johnny Hallyday, eux, n’en croient pas leurs oreilles. Car Jean-Baptiste a la même voix que leur idole, cette même puissance, ce même vibrato et ces décrochages de note si particuliers.

Cette tessiture vocale naturelle, il l’a ensuite travaillée pendant presque vingt ans pour reproduire à l’identique les intonations du «taulier» du rock français. «J’ai agi comme un sculpteur. La pièce est là, la forme est déjà dessinée, il suffit juste d’arrondir les angles et de dégrossir les contours», explique d’une voix douce et calme le Breton de 36 ans.

Physiquement, ce petit brun n’a rien de l’idole des jeunes. Si ce n’est la belle gueule et le regard perçant. D’ailleurs, on lui dit souvent qu’il ressemble davantage à Danny Brillant. Pourtant, il réussit à s’emparer du mythe. À Lausanne, l’expérience était troublante. Sur scène, Jean-Baptiste Guégan se métamorphose pour sortir le loup de sa cage. Sans pour autant singer la bête de scène. «Je fais Johnny dans le respect. Je n’ai jamais essayé de lui ressembler autrement qu’avec ma voix. Je ne me considère pas sosie.»

Propulsé par le concours télévisé «La France à un incroyable talent», qu’il a remporté haut la main en décembre dernier, Jean-Baptiste Guégan chante désormais dans les Zénith de France. Avant une tournée hivernale d’une trentaine de dates, qui passera par l’Arena de Genève en novembre, il est à Sion sous les étoiles le 12 juillet.

S’attaquer à la légende

L’authenticité et la crédibilité de l’interprète font chavirer le cœur des fans. À Lausanne, on hurlait déjà son nom, on pleurait et on lui baisait les mains. Certains vont même jusqu’à évoquer une forme de réincarnation. Ce qui fait sourire Jean-Baptiste: «je ne m’en rends pas compte. Pour moi, il n’y a rien de mystique ou d’étrange là-dedans. Je n’ai rien volé à personne. J’ai juste la chance d’avoir la même voix que mon idole. Il y a du travail, bien sûr, mais j’ai toujours fait en sorte que ça reste naturel.»

Comment faire, dès lors qu’on s’attaque à une telle légende de la chanson, pour gérer une telle pression et de telles attentes? «J’évite de trop regarder ce qu’on dit sur moi pour pas péter les plombs. J’ai la chance de travailler avec une très belle équipe. Moi je connais rien au métier, je suis juste chanteur interprète.»

Ne rien connaître au métier, c’est très humblement dit. Car avant de jouer devant des milliers de spectateurs, Jean-Baptiste a bourlingué sa Bretagne: karaokés, mariages, comités d’entreprise, «fêtes à la moule» et concours en tout genre, il a chanté Johnny partout pendant dix-sept ans, soit plus de 5000 concerts. «J’ai écumé les mers, comme on dit!» Sans jamais quitter sa région, «par respect, pour ne pas déranger l’artiste tant qu’il était sur scène.»

Un exercice dangereux

Cet apprenti menuisier finit par gagner sa vie en chanson, vit sa vie de rockeur sur sa moto. Et confie - sans vouloir s’étendre - avoir vécu quelques galères et beaucoup de souffrances, «comme Johnny. Un écorché vif avec du caractère, mais profondément gentil et généreux.»

En 2016, il chante «Requiem pour un fou» à la Fnac de Rennes. Une vidéo se retrouve sur YouTube. Et tombe dans les mains des producteurs de «La France a un incroyable talent» qui s’empressent de le contacter. Mais Jean-Baptiste refuse. Plusieurs fois. «Je ne me sentais pas prêt. Chanter du Johnny avec la même voix, ça peut être dangereux, il faut faire gaffe à ce qu’on fait.»

Quelques semaines après la disparition de Johnny Hallyday en décembre 2017, l’émission réitère. «J’allais partir en vacances à l’île Maurice, j’étais à l’aéroport Charles de Gaule à Paris. Je ne sais pas pourquoi, mais à ce moment là j’ai dit oui. Ils ont foncé en scooter pour me rencontrer, m’ont interviewé, et m’ont rappelé quelques jours après. Tout s’est bien passé, heureusement.» Dès sa première apparition lors des auditions, il n’était déjà plus question du concours. Les téléspectateurs l’avaient déjà désigné vainqueur.

Créé: 10.07.2019, 17h46

Sion sous les étoiles

Au programme

Jeudi 11 juillet: Gavin James (17h40), Les Negresses vertes (19h), Kendji Girac (21h), Soprano (23h)

Vendredi 12 juillet: Jean-Baptiste Guégan (17h30), Bernard Lavilliers (19h), ZAZ (21h), Patrick Bruel (23h)

Samedi 13 juillet: Pretty Maids (17h30), Krokus (19h), Status Quo (21h), Gotthard (23h)

Dimanche 14 juillet: Camille et Julie Berthollet (17h), Kids United (19h), Stars 80 (21h), Martin Solveig (23h30)

www.sionsouslesetoiles.ch

Un premier album à Nashville

Jean-Baptiste Guégan prépare déjà la suite. Prévu pour novembre, son premier album a été enregistré à Nashville, aux États-Unis, avec Michel Mallory, l’un des paroliers les plus fidèles du rockeur (plus de 200 chansons écrites). En guise de confiance et d’admiration, ce dernier a confié à Jean-Baptiste les derniers textes qu’il avait écrits pour son ami. «Ces chansons lui étaient destinées, mais Johnny ne les a jamais chantées. Ce sont les miennes maintenant», affirme le Breton. Comment alors distinguer la part de Johnny et celle de Jean-Baptiste? La frontière est floue. Et le modèle colle déjà à la peau du sosie vocal. «Je n’ai pas peur, au contraire. Je suis fier de ça, je le revendique, se défend le chanteur. Sans la voix de Johnny, j’arrête tout, ce ne sera plus moi.» Le regard tourné vers l’avenir, Jean-Baptiste Guégan a changé le nom de son spectacle «la voix de Johnny» par «la voie de Johnny», éclairant le chemin à ses contemporains. A.C.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Premier anniversaire des gilets jaunes
Plus...