En 1969, Genève goûtait au rock psychédélique

DisqueL’unique album du groupe The B-G System a été réédité. Rencontre avec son fondateur.

Bernard Gugelmann, fondateur du groupe genevois The B-G System, et la pochette de l’album édité en 1969.

Bernard Gugelmann, fondateur du groupe genevois The B-G System, et la pochette de l’album édité en 1969. Image: Steeve Iuncker-Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Ce disque est une rareté!» La réaction ne s’est pas fait attendre lorsqu’on est revenu avec la nouvelle: l’unique disque 33 tours du groupe genevois de rock psychédélique The B-G System, Funny Love Affair, paru en 1969 et réputé introuvable pour les collectionneurs avertis, est enfin réédité. Et voilà que Genève réapparaît sur la carte du rock hippie, avec ses basses monstrueuses, son mur de batterie et son chant halluciné.

Pour le grand public, c’est une pépite oubliée que deux jeunes passionnés, Jeremy Fracheboud, DJ fondu de disques anciens, et Mathieu Epiney, guitariste des Crags, 35 ans chacun, ont découverte à force de chiner. Dans un premier temps, les deux compères envisagent d’éditer un fanzine pour raconter cette histoire musicale trop peu connue. Après avoir retrouvé dans la Phonothèque nationale, au Tessin, les bandes originales du disque, ils décident d’en presser 500 nouveaux exemplaires sur leur propre label, SouthWest Records. Avec la pochette idoine, la photo d’une jeune femme arborant cette extraordinaire coiffe fleurie (voir ci-contre).

«Sincèrement? L’image n’était pas du tout à notre goût, on aurait préféré voir nos têtes.» Foi de Bernard Gugelmann. Initiales B-G. Le fondateur du groupe. Âgé de 76 ans, ce batteur au long cours est loin de la retraite. Également photographe et détenteur du permis poids lourds – «J’ai toujours été prévoyant» – il court toujours les scènes avec Style’60, un trio rock’n’roll. Ce que n’était pas The B-G System, qui, dit-il sans autre façon, jouait «de la variété».

Le rock psychédélique, de la variété? Tout l’opposé de ce que pense la vague néopsychédélique d’aujourd’hui, ces musiciens de 20 ans qui essaiment à Genève également. «Les jeunes batteurs ne sont pas dans le coup», se contente de dire Bernard. En tout cas, d’une époque à l’autre, le regard a changé. «Dans les années 60, on aimait le rock. Mais la maison de disques nous avait demandé quelque chose de plus actuel.» Soit. Mais l’album de B-G System a ceci de particulier qu’il trahit une nécessité de son temps: faire des reprises. Funny Love Affair est constitué en exclusivité de compositions originales. «J’amenais les idées, les gimmicks. Et Jean-Jacques Egli peaufinait le truc et chantait.»

Jean-Jacques Egli? Celui-là même qu’on retrouvera des décennies durant parmi les Sweet People d’Alain Morisod. Le même avec qui Bernard, au sein des Mousquetaires, avait accompagné, dans les années 60, Gene Vincent, Petula Clark et Sylvie Vartan. «On était des bracaillons, on faisait les bouche-trous. Je jouais le rock pour le plaisir et après, j’accompagnais un accordéoniste pour gagner ma vie.»

En 1973, après sept ans d’existence et quelques 45 tours encore, The B-G System ferme boutique. Bernard Gugelmann, lui aussi, rejoint pour un temps Alain Morisod. «Je me souviens d’une tournée au Brésil en 1974. Un soir, j’entends un slow de B-G System, Say Goodbye. Je demande le disque et je découvre une pochette que je n’avais jamais vue. Alain Morisod, qui avait produit ce titre, avait vendu la bande à des Brésiliens!» Funny, n’est-ce pas? Une chose est sûre, Bernard Gugelmann n’a jamais perdu son humour. Loin de la. «Ado, j’avais le choix entre la musique et une carrière dans le rink hockey. J’ai choisi la musique, en me disant que ça durerait plus longtemps.»

«Funny Love Affair» The B-G System, présentation ve 17 nov., dès 17 h 30, au magasin Dig It, rue de la Servette 3, avec concert de Style’60.

(TDG)

Créé: 15.11.2017, 20h51

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève des travailleurs du bâtiment
Plus...