Musique et danse ont brillé à Antigel

Bilan critiqueDe La Ribot à Patti Smith, le festival a attiré 50 000 visiteurs

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Antigel, 7e édition, s’est achevé dimanche après trois semaines de festival. Avec 50 000 spectateurs répartis sur 84 événements, des concerts aux spectacles de danse, des soirées clubbing aux animations «Made in Antigel» (lire ci-contre), la manifestation peut annoncer un bilan positif côté public. Sa fréquentation est en hausse, soit 5000 visiteurs de plus qu’en 2016, venus notamment de Vaud et de France voisine. De quoi asseoir l’importance du festival dans le paysage culturel régional.

Du point de vue artistique, Antigel touche à l’excellence concernant ses deux volets principaux, la musique et la danse. Le festival a su accrocher à son affiche des vedettes de renom, de Patti Smith à Maguy Marin. Et celles-ci ont livré des prestations de qualité. Cette même Patti Smith, que l’on voit chaque été dans les festivals helvétiques, a tiré son épingle du jeu en présentant non pas un concert standard mais une lecture de ses propres œuvres littéraires accompagnées de quelques chansons dépouillées. C’était le moment fort du festival en termes de symbole: en s’érigeant en pasionaria anti-Trump, exhortant le peuple à «prendre le pouvoir» contre les puissants de ce monde, Patti Smith tombait à point dans l’actualité politique.

Musicalement, cependant, on retiendra plutôt la prestation fascinante de Lambchop: le groupe de Nashville traduisait sur scène avec brio ce qui, sur disque, constituait déjà une expérience fascinante: de la country folk subtile traversée d’électronique. Magnifique également cette prestation des Allemands The Notwist, efficace aussi le Danois Trentemøller. Toutes choses entendues à l’Alhambra, dont l’acoustique a fini par convaincre autant que son cachet. Et il y avait là grande foule, comme à la salle des fêtes du Lignon, où se sont produits les rockers The Dandy Warhols, moins bon cependant que ce trio belge engagé en première partie, Warhaus et son étonnant mélange de ballades sombres et de samples explosifs. C’était là une des nouveautés remarquables présentée cette année, parmi de nombreuses autres découvertes, principalement dans le registre folk. Ainsi du Canadien Andy Shauf et son délicat timbre de voix, le temps d’une soirée intimiste au Théâtre Pitoëff.

La danse, à présent. Au Lignon toujours, la salle des fêtes, transformée en un magnifique plateau, accueillait le chorégraphe belge Jan Martens: superbe Sweat Baby Sweat pour duo homme et femme. Une réussite, comme le subversif Another Distinguée de La Ribot au Théâtre du Grütli. Passionnantes, également, ces Journées de danse contemporaine suisse avec, notamment, Elementen III de Cindy Van Acker et le Ballet du Grand Théâtre de Genève. Rendez-vous bisannuel et nomade organisé cette année à Genève, les Journées se sont raccrochées à Antigel, lui ajoutant 20 événements supplémentaires et prolongeant exceptionnellement la durée du festival à trois semaines au lieu de deux.

Enfin, il faut mentionner le volet festif d’Antigel, son «Grand Central» établi dans la tour CFF de Pont-Rouge, qui a attiré à lui seul 20 000 visiteurs venus danser sur des rythmes house, techno et hip-hop, tandis qu’une programmation rap ajoutait son lot d’émotions live aux soirées.

Antigel, 8e édition, aura lieu du 26 janvier au 11 février 2018. (TDG)

Créé: 19.02.2017, 21h49

Discutables «Made in Antigel»

Ils sont, pour les organisateurs, la «marque de fabrique» du festival: les «Made in Antigel», ces animations de caractère insolite, ont attiré cette année 4000 personnes. Carton plein, le public en raffole. Ces «Made in», qui ont également le mérite de faire parler de la manifestation, intriguent jusqu’aux médias hors de Suisse. Leur contenu, cependant, reste discutable.

Prenons en deux, emblématiques de la 7e édition. Pour Very Bat Trip, dans la champignonnière de La Bâtie, le public écoutait un texte dramatique en regardant un acrobate au mât chinois. Pour Cité Intérieure, le public déambulait dans un sous-sol en béton d’Onex, découvrant douze tableaux vivants mêlant danse et théâtre. De fait, Antigel obtient un bon résultat lorsqu’il laisse libre cours à la création d’artistes indépendants. Ainsi de la Cité Intérieure imaginée par la chorégraphe genevoise Perrine Valli, jouant avec humour de l’iconographie religieuse. Il y a là du sens, une interrogation existentielle. Au contraire du Very Bat Trip: l’idée, audacieuse, reste au stade d’ébauche. Les artistes sont des pièces rapportées, et l’art relève alors du prétexte: investir une caverne. Aussi impressionnante soit-elle, il y a comme un creux.
Avec ses «Made in», Antigel essaie quelque chose de neuf? Et l’enjeu est de taille, qui demande une logistique ambitieuse! L’ambition artistique, cependant, est trop souvent accessoire.

Articles en relation

Kronos Quartet, dernier feu d’Antigel

Concert Explorateurs agiles parmi les genres, les quatre archets sont en concert au Victoria Hall. Plus...

Vieux mous et jeune élégant à la salle des fêtes du Lignon

Critiques Le public du festival Antigel a vu les Dandy Warhols succéder au projet solo du Belge Maarten Devoldere, Warhaus. Plus...

Patti Smith, poétesse habitée

Concert L’artiste nord-américaine jouait ce week-end à l’Alhambra dans le cadre d'Antigel. Critique et interview. Plus...

Un cauchemar signé Antigel

Arts et scènes Dans le sous-sol de la Bâtie, un acrobate tient en apesanteur, tandis qu’un «démon» raconte sa vie. Plus...

Lambchop à Antigel, country minimal, grâce maximale

Critique Mardi à l'Alhambra, le groupe de Nasvhille a livré une version dépouillée à l'extrême de sa country planante. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.