«Momo», la quête affective d’un fils prodigue

ThéâtreA l'Alchimic, Elidan Arzoni adopte le ton de la comédie pour faire le récit d'une adoption éphémère.

Jacqueline Ricciardi et Paolo Dos Santos, mère et fils d’un jour.

Jacqueline Ricciardi et Paolo Dos Santos, mère et fils d’un jour. Image: CAROLE PARODI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le titre ne renvoie ni à l’abréviation du prénom Maurice, ni à un challenge suicidaire répandu par les réseaux sociaux, pas plus qu’à un euphémisme pour désigner une crotte de nez. «Momo», dans la pièce homonyme du Français Sébastien Thiéry (créée en 2015, nominée aux Molières en 2016, adaptée au cinéma en 2017), c’est le cri d’amour d’un fils frappé de surdité quand il croit reconnaître sa maman après une longue séparation.

Les retrouvailles ont d’abord lieu entre les rayons d’un supermarché, quand le jeune Patrick (Paolo Dos Santos), aux allures de handicapé et à l’élocution peu intelligible, remplit le caddie d’un Monsieur Prioux horrifié (Thierry Piguet). Elles se poursuivent dans l’appartement du couple bourgeois, où s’incruste le garçon, bientôt rejoint par sa fiancée – aveugle quant à elle (Cléa Eden). Sans progéniture, Madame Prioux (Jacqueline Ricciardi) saute sur l’occasion, se croyant entendue par quelque dieu de l’Ancien Testament: son désir d’enfant l’amène à cautionner, à l’encontre de son mari, le délire du pupille en manque de géniteurs…

Enclin à un répertoire d’ordinaire plus sombre, observateur des écheveaux relationnels de toutes sortes, le Genevois Elidan Arzoni adopte pour sa part le genre du boulevard familial. Quelques accents plus pénétrants ponctuent tant le texte que la mise en scène bifrontale – entre des gradins qui se font face –, notamment quand les coulisses supplantent le plateau, reléguant les répliques à des voix off. On déplore cependant le ton uniformément criard dicté aux comédiens: faute de nuance, la rencontre d’Arzoni avec la comédie franchouillarde attendra. Qui sait, c’est peut-être une bonne nouvelle.

«Momo» Théâtre Alchimic, jusqu’au 27 jan., 022 301 68 38, www.alchimic.ch (TDG)

Créé: 11.01.2019, 18h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève des jeunes pour le climat
Plus...