Le métro séculaire de Buenos Aires est menacé de mort

PATRIMOINE La ligne A risque le démantèlement. C’est le tollé chez les associations de protection, mais il y a aussi une intervention au Parlement.

Le métro A. Ce wagon date de 1913. Cent ans!

Le métro A. Ce wagon date de 1913. Cent ans! Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les plus anciennes rames de métro du monde en fonctionnement sont menacées d’être démantelées à Buenos Aires. Le fait a été dénoncé vendredi soir par une ONG et une parlementaire. Ces rames sont appelées «La Brugeoise» car elles ont été fabriquées il y a cent ans à Bruges.

«L’unique ligne de métro au monde dont les wagons ont 100 ans doit continuer à fonctionner», a déclaré Santiago Pusso, vice-président de Basta de Demoler, une ONG de défense du patrimoine, dans une conférence de presse à l’entrée de ce métro. «Nous présenterons un recours devant la justice.» La mairie de Buenos Aires a annoncé le retrait imminent des 95 wagons historiques de la ligne «A», la première ligne de métro de l’hémisphère Sud, construits à Bruges entre 1911 et 1919 par «La Brugeoise, Nicaise et Delcuve».

Un maire iconoclaste

Le chef de cabinet de la mairie, Horacio Rodriguez Larreta, a choqué en affirmant que le bois de ces anciens wagons «pourrait servir pour un asado» (viande grillée typique argentine). Or, il s’agit des plus vieilles rames de métro en fonctionnement régulier dans le monde. Celles du métro de Budapest sont encore plus anciennes (1896), mais n’effectuent plus que des parcours touristiques. Onb ignore ce que sont devenus les wagons jaunes et verts de Paris, conçus par Hector Guimard.

Le maire de Buenos Aires, Mauricio Macri est régulièrement accusé de porter atteinte au patrimoine de la capitale argentine. En 2008, le retrait de pavés à San Telmo, le plus vieux quartier de Buenos Aires, a provoqué un tollé et contraint les autorités a revenir sur leur décision.

Menaces sur un couvent

En 2011, une partie du parquet centenaire du Théâtre Colon, alors en travaux, a été retirée pour en faire des cadeaux à des entreprises. La même année, le Café Richmond, fréquenté notamment par Jorge Luis Borges, a été fermé et il est menacé d’être transformé en magasin de vêtements de sport. Aujourd’hui, le Couvent de Sainte-Catherine de Sienne, fondé en 1745, est menacé en plein centre de Buenos Aires par la construction d’une tour haute de 60 mètres dans ses anciens jardins.

(TDG)

Créé: 29.12.2012, 10h29

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Federer redevient Numéro 1 mondial
Plus...