Marina Satti, le chant de la Grèce qui veut danser

ConcertFigure du renouveau musical, la jeune artiste joue au parc La Grange mercredi 7 août.

La Grecque Marina Satti trace une voie plus contemporaine que ne le suggère sa tenue de demoiselle d'honneur.

La Grecque Marina Satti trace une voie plus contemporaine que ne le suggère sa tenue de demoiselle d'honneur. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

"Il y a de cela deux ans, au printemps 2017, une jeune chanteuse grecque publiait en ligne une vidéo qui allait devenir virale. Marina Satti, déjà reconnue par les médias locaux, allait se faire connaître au-delà des frontières de son pays. L’objet de tant d’attention? Un clip, tourné dans un coin d’Athènes réputé malfamé, pour le moins sinistré par la déroute économique du pays: on y voit Marina Satti déambuler dans les rues en chantant et en dansant, suivie par un groupe de jeunes femmes, évoquant ainsi un «West Side Story» hellène et féminin.

«Mantissa», la «diseuse de bonne aventure» en grec, tel est le titre de la chanson, devenue un tube, que Marina Satti devrait à n’en pas douter mettre au menu de son concert mercredi 7 août à Genève. Au parc La Grange, à l’enseigne de Musiques en été, la musicienne se présente avec le chœur Fonès («voix» pour les Hellènes), dont elle est la fondatrice. Tandis que l’on découvre ce «Mantissa» mêlant pop et électronique, une autre part du répertoire de Satti se dévoile. Ce sont les polyphonies vocales, nourries aussi bien par le chant bulgare que par les mélodies ouest-africaines, tandis que résonnent cornemuse et flûte kaval des Balkans mêlées aux syncopes du Moyen-Orient.

Polyphonies vocales

La figure est familière des spectateurs grecs. Marina Satti, qui s’est formée à la musique classique, notamment au Berklee College of Music de Boston, a joué en Grèce dans diverses séries télévisées, également au théâtre. De père soudanais et de mère grecque, Marina Satti a grandi en Crète. «Les cultures grecque, crétoise, arabe, la pop occidentale également, m’ont entourée depuis l’enfance», déclare la jeune trentenaire. Elle poursuit: «C’est en voyageant aux États-Unis, qui sont en soi un melting-pot, que j’ai réellement découvert mon double héritage avant de l’assumer. C’est comme s’il avait fallu plonger au plus profond de moi, à travers tout ce qui compose ma mémoire, avant de retrouver tous les éléments avec lesquels j’ai grandi pour qu’enfin cela fasse sens.»

La voix comme catalyseur, ce sont aussi les polyphonies vocales omniprésentes dans ses compositions. «De belles harmonies, des dissonances fortes, les corps qui vibrent ensemble, tout cela vaut également comme expérience métaphysique, indique Marina Satti. Métaphoriquement parlant, la polyphonie représente également la diversité de nos voix, de nos opinions et personnalités.»

«Mantissa», la chanson phare de Marina Satti, possède elle aussi une signification plurielle. Le refrain dit: «Je vais voler, pour te retrouver, en dépit des vents et d’un ciel instable.» La musicienne précise: «Les paroles peuvent se résumer à une chanson d’amour. Mais il s’agit également du voyage que chacun a besoin de faire pour se rapprocher de son but, en volant de ses propres ailes à travers vents et tempêtes.»

Fouiller dans les cendres

À propos de la situation économique de la Grèce, la chanteuse dit ceci: «Cette crise financière, principalement sociopolitique dans les faits, a donné un motif puissant au développement d’une jeune scène musicale particulièrement créative, comme pour toute personne ayant la volonté de survivre et rebondir. Ne dit-on pas qu’il faut parfois fouiller dans les cendres pour trouver de l’or? Lorsque tout s’effondre autour de vous, il n’y a pas d’autre chemin que d’essayer de se reconstruire, vous, votre vie, votre environnement, votre propre famille, et votre art et votre œuvre.» Cette scène grecque en pleine émergence, explique encore Marina Satti, ressemble à ce qui se passe ailleurs dans le monde. «Pop, rock et folk sont toujours présents, tandis que les musiques urbaines et le hip-hop se développent à toute vitesse.»

Créé: 07.08.2019, 15h03

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hodgers veut 30% de surface arborisée à Genève
Plus...