Dans «Les Luttes intestines», la vérité sort du tube digestif

ThéâtreAu Loup, Adrien Barazzone donne la parole au microbiote intestinal à l’occasion d’une conférence déjantée. Tordant!

David Gobet, Mélanie Foulon, Safi Martin Yé, Marius Schaffter et Marion Duval.

David Gobet, Mélanie Foulon, Safi Martin Yé, Marius Schaffter et Marion Duval.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

En tout cas, ces cinq comédiens vous montrent ce qu’ils ont dans le ventre. Soigneusement triés sur l’assiette par leur metteur en scène Adrien Barazzone, Marion Duval, Mélanie Foulon, David Gobet, Safi Martin Yé et Marius Schaffter siègent autour d’une table de conférence circulaire, surmontée d’une bouée géante suspendue dans les airs et traversée d’un cylindre de toile. Respectivement gastro-entérologue affectée de tics nerveux, médiatrice culturelle exagérément joviale, fervent microbiologiste à l’accent étranger, performeuse soumise à une greffe fécale et psychiatre névrosé, ils ont été rassemblés à l’issue d’une fictive représentation théâtrale pour une discussion d’experts autour de l’influence de la flore intestinale sur le comportement humain.

Voilà pour le pitch, aussi loufoque qu’astucieux, de ces Luttes intestines qui font suite, dans la carrière de Barazzone et sa compagnie L’Homme de dos, à l’écologique Saunå créé en 2013. Sur ce canevas, les improvisateurs brodent tantôt des informations savantes, tantôt des banalités de circonstance, tantôt des délires échappés, qui sait, de leur premier ou de leur deuxième cerveau. Jusqu’à ce que les tripes des uns et des autres s’en mêlent, et fassent dégénérer la table ronde en pugilat entre les sciences et l’art.

Quelques sauts de trampoline plus tard, on retrouve les cinq acteurs soi-disant au repos, en train de se sustenter, tandis que de faux étrons tombent du tube fixé au cintre. Les chips et yaourts ingérés, en dialoguant avec les bactéries de chacun, achèvent de déterminer les humeurs.

Si le talent comique du quintette incite incontestablement le public à se tordre les boyaux, et si Adrien Barazzone fait mouche en diagnostiquant les obsessions propres à notre temps, la proposition globale du spectacle, après ses nombreuses circonvolutions coliques, consiste, tout bien pesé, en une poignée de belles pétoles compactes. Dont la teneur, comme la responsabilité, restera à jamais opaque.

Les Luttes intestines Théâtre du Loup, jusqu’au 14 mai, 022 301 31 00, www.theatreduloup.ch (TDG)

Créé: 05.05.2017, 18h42

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le pape à Genève
Plus...